Au moins 21 garçons sont morts en Afrique du Sud alors qu’ils subissaient une circoncision lors de la cérémonie semestrielle qui a commencé en novembre, ont déclaré les autorités.


Dix-sept jeunes garçons sont morts dans la province du Cap-Oriental tandis que deux autres sont morts dans les provinces du Nord-Ouest et du Cap-Occidental, selon un reportage du site d’information EWN.

A lire aussi : 57 assassinats par jour en Afrique du Sud

Ces décès sont survenus en dépit d’une répression contre les écoles d’initiation illégales qui ont entraîné des décès par le passé.

Le Congrès des chefs traditionnels d’Afrique du Sud (Contralesa) a blâmé le gouvernement pour les morts, affirmant qu’il y avait « un manque de soutien et de ressources dans les programmes visant à réduire le nombre de victimes ».

A lire aussi : Des Blancs dénoncent une exclusion raciale en Afrique du Sud

Le porte-parole de la Contralesa, Xolile Ndevu, a déclaré que le gouvernement devrait déclarer les morts liées à l’initiation comme une « un deuil national ».

Mamkeli Ngam, porte-parole de la gouvernance coopérative et des affaires traditionnelles du Cap-Oriental, a déclaré que les familles devraient faire davantage pour réduire le nombre de décès.

A lire aussi : Onze taximen tués en Afrique du Sud

« Ce n’est pas la responsabilité du gouvernement de veiller à ce que les gens aillent dans la brousse, c’est une question familiale, une question parentale et une question communautaire » a-t-il dit.

Une enquête a été ouverte sur les circonstances qui ont conduit à ces décès, ont déclaré les responsables de la Contralesa.

Au cours des 10 dernières années, il y a eu plus de 1.000 amputations péniennes, rapporte l’agence de presse Xinhua.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.