Encore appelée hypertrophie ou hyperplasie bénigne de la prostate, cette tumeur bénigne, d’une extrême fréquence, peut être parfois responsable de complications graves : rétention d’urine et insuffisance rénale.

La prostate est une glande sexuelle n’existant que chez l’homme, ses sécrétions entrent dans la composition du sperme, elle sécrète aussi des hormones.

Elle est située juste sous la vessie et entoure l’urètre ; à son niveau, les canaux éjaculateurs viennent se jeter dans l’urètre et y déversent le sperme au moment de l’éjaculation. Sous la prostate, autour de l’urètre, se trouve le sphincter strié qui permet la commande volontaire de la miction [action d’uriner](en s’ouvrant au moment où l’on désire uriner, en restant fermé le reste du temps). La prostate est donc située au carrefour des voies génitales et urinaires chez l’homme.

On comprend donc facilement que, entourant l’urètre, toute maladie de la prostate va pouvoir entraîner des troubles de la miction en gênant le passage de l’urine… Cette gêne pouvant aller jusqu’à la rétention complète. En arrière de la prostate se trouve le rectum. On pourra donc aisément palper la prostate lors du toucher rectal.

Trois maladies peuvent intéresser la prostate :

  • l’infection de la prostate ou prostatite : complication de la blennorragie (gonocoque), mais aussi la tuberculose ;
  • le cancer de la prostate ;
  • l’adénome de la prostate.

Laisser un commentaire