Anxiété : comment la thyroïde joue un rôle. La fonction thyroïdienne peut jouer un rôle important dans le développement des troubles anxieux selon une récente étude.

Quel peut être le lien entre le fonctionnement de la thyroïde et l’apparition de l’anxiété ?

C’est à cette question qu’une équipe médicale de l’université de Kiev (Ukraine) a tenté de répondre. Elle a découvert que les patients souffrant d’une inflammation auto-immune de la thyroïde étaient davantage à risque de souffrir d’anxiétude que les autres.

Selon cette recherche, l’inflammation thyroïdienne doit être étudiée comme facteur sous-jacent des troubles psychiatriques comme l’anxiétude.

Dans le cadre de cette étude, le Dr Juliya Onofriichuk de l’hôpital clinique de la ville de Kiev a étudié la fonction thyroïdienne chez 29 hommes (âge moyen 33,9 ans) et 27 femmes (âge moyen 31,7 ans) souffrant d’une anxiété diagnostiquée.

Les échographies de leurs glandes thyroïdiennes ont évalué la fonction thyroïdienne. Les niveaux d’hormones thyroïdiennes ont également été mesurés. Résultat ? Les patients souffrant d’anxiété ont montré des signes d’inflammation de leurs glandes thyroïdiennes.

A lire aussi  Un camp militaire inauguré à Némanding (Fatick)

Un traitement à base d’ibuprofène et de thyroxine administré pendant quatorze jours a permis de réduire l’inflammation thyroïdienne, de normaliser les taux d’hormones et de réduire l’anxiété des patients.

“Ces résultats indiquent que le système endocrinien peut jouer un rôle important dans l’anxiété. Les médecins devraient également prendre en compte la glande thyroïde et le reste du système endocrinien, ainsi que le système nerveux, lors de l’examen des patients souffrant d’anxiété”, détaille le Dr Onofriichuk.

Vers de nouveaux traitements ?

Grâce à ces résultats, il serait ainsi possible d’aider les patients anxieux à recevoir un traitement plus efficace pour soulager leur trouble mental.

Pour l’avenir, le Dr Onofriichuk souhaite mener des recherches supplémentaires afin d’examiner les niveaux d’hormones thyroïdiennes, sexuelles et surrénales chez les patients souffrant de dysfonctionnements de la thyroïde et de troubles anxieux.

Cette recherche vise à aider à mieux comprendre le rôle du système endocrinien dans le développement de l’anxiété. Des conclusions futures qui aideront à mettre en place une nouvelle prise en charge des troubles anxieux.

Laisser un commentaire