StopCovid à peine deux millions d’utilisateurs en deux semaines
StopCovid à peine deux millions d’utilisateurs en deux semaines

L’application de traçage du gouvernement peine à se faire adopter par les Français.Un échec? Deux semaines après son lancement, l’appli française de traçage de contacts StopCovid compte à peine deux millions d’utilisateurs, selon FranceInfo.

Un chiffre qui peut sembler relativement faible au regard des enjeux liés à son utilisation. Il faut dire que le gouvernement a finalement assez peu communiqué sur le sujet. Une façon, peut-être, d’éviter de trop prêter le flanc à la critique.

Application Stopcovid est téléchargeable depuis le 2 juin

Aux questions qui se sont posées sur les choix technologiques – la France a tourné le dos aux protocoles mis en place par Apple et Google – ce sont ajoutées d’autres interrogations, notamment sur l’intéropérablité de StopCovid avec les applications similaires de nos voisins européens.

Le décompte est d’autant plus cruel qu’en Allemagne, l’application équivalente, lancée mardi a été téléchargée 6,4 millions de fois.

StopCovid à peine deux millions d’utilisateurs en deux semaines
StopCovid à peine deux millions d’utilisateurs en deux semaines

La question de la date de lancement a aussi soulevé de nombreuses questions. Initialement attendue pour la première phase du déconfinement, le 11 mai, elle n’a finalement été disponible que le 2 juin pour la deuxième phase du déconfinement.

A lire aussi  4 applications gratuites pour créer des GIF animés sur Android et iPhone

Son lancement s’était en outre accompagné d’un petit cafouillage: de nombreux utilisateurs ont confondu et ont téléchargé l’application catalane à la place!

Des bases au moins posées

Enfin, l’appli semble beaucoup moins pertinente, alors que l’épidémie recule, du moins en France.

Elle est destinée à alerter ses utilisateurs s’ils sont restés en présence d’une personne testée a posteriori positive au Covid-19, pendant au moins 15 minutes.

Pour être pertinente, elle doit en outre être largement utilisée. Ce qui n’est donc pas le cas. Cédric O, le secrétaire d’Etat au Numérique avait expliqué au Figaro qu’avec 10% de la population l’utilisant, notamment dans les grandes villes, ce serait un succès.

Avec 2 millions d’adeptes, on est loin du compte.

Seule consolation pour les promoteurs du projet: en cas de reprise de la pandémie de Covid-19, ou d’une autre maladie similaire, l’application de traçage aura au moins été déjà développée.

Les bases sont posées. La France devra néanmoins encore se demander si elle persiste dans ses choix technologiques ou si elle se range du côté des utilisateurs des programme de développement d’application (API) de Google et Apple.

Laisser un commentaire