CAN 2019: des Sénégalais satisfaits et soulagés d’être en demi-finales

0
6
Les Sénégalais fêtent le but d'Idrissa Gana Gueye face au Bénin, en quarts de finale de la CAN 2019. RFI/Pierre René-Worms
Les Sénégalais fêtent le but d'Idrissa Gana Gueye face au Bénin, en quarts de finale de la CAN 2019. RFI/Pierre René-Worms

Le Sénégal disputera les demi-finales de la Coupe d’Afrique des nations pour la première fois depuis 2006, après avoir écarté le Bénin ce 10 juillet au Caire. C’est une fierté et un soulagement pour les « Lions » version CAN 2019. Des Sénégalais qui ne comptent toutefois pas s’arrêter en si bon chemin.

« C’est une nouvelle génération qui vient de réaliser ça. On veut écrire notre propre histoire. »

Henri Saivet savoure la qualification de l’équipe du Sénégal pour les demi-finales de la Coupe d’Afrique des nations pour la première fois depuis 2006.

Le milieu de terrain apprécie d’autant plus ce résultat qu’il n’a pas été simple à obtenir face à une sélection béninoise accrocheuse, ce 10 juillet au Caire.

« Depuis le début de cette CAN 2019, on le dit : aucun match n’est facile, assure Henri Saivet. On a rencontré un adversaire compliqué à jouer. En phase de groupes, ils n’ont pas perdu face au Cameroun et face au Ghana. Puis ils ont réussi à éliminer le Maroc en huitièmes de finale. Face aux Béninois, on savait que ça allait prendre du temps. Mais on ne s’est pas affolés. On avait une idée vraiment bien précise de ce qu’il fallait faire. Le staff a vraiment bien travaillé pour qu’on puisse mettre cette sélection béninoise en difficulté ».

« Plus le match avançait et plus c’était difficile »

Dans les faits, ce sont plutôt les « Écureuils » qui ont posé des problèmes aux « Lions », durant près d’une heure. « On a fait face à une belle équipe béninoise, admet ainsi le buteur du soir, Idrissa Gana Gueye. Ça n’a pas été facile. Mais on a su rester sereins, du début jusqu’à la fin ».

Un léger doute a toutefois traversé l’esprit du milieu Pape Alioune Ndiaye durant ce quart de finale de la CAN 2019. Et si le Sénégal tombait dans le même piège que le Maroc ? « Bien sûr, on y a pensé, lâche-t-il. Mais on était sûrs de notre force. On savait que ça allait finir par arriver ».

Même lorsqu’un but de Sadio Mané a été invalidé pour hors-jeu ? « Plus le match avançait et plus c’était difficile, concède ‘Badou’ Ndiaye. Mais on a une grosse force mentale dans cette équipe. On a fait preuve de beaucoup de bravoure. Et, finalement, on a eu gain de cause ».

« Montrer qu’on dispose d’une génération talentueuse »

Même Sadio Mané, passeur décisif, ne s’est pas démonté lorsque l’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR), utilisée pour la toute première fois dans l’histoire du tournoi, l’a privé de deux buts.

« Avec la VAR, je n’ai jamais eu de soucis, a évacué la superstar. Parfois, ça te sourit et parfois non. Aujourd’hui, ça ne m’a pas souri. Peut-être que la VAR sera de notre côté (sic), la prochaine fois ».

La prochaine fois, ce sera le 14 juillet face au vainqueur de Madagascar-Tunisie. Une étape supplémentaire vers le prochain objectif des « Lions » : la finale de l CAN 2019, prévue le 19 juillet.

Le défenseur Lamine Gassama sourit : « On est soulagés. On dit souvent que le Sénégal a une belle génération. Pourtant, lors de la dernière CAN ou lors de la Coupe du monde 2018, on n’avait pas fait de bons parcours. Donc, c’est bien d’avoir atteint ce stade de la compétition. Mais, maintenant, il va falloir aller au bout pour montrer qu’on dispose d’une génération talentueuse. »

Publicités

Laisser un commentaire