Canal de Suez : 150 ans d'histoire mouvementée
Canal de Suez : 150 ans d'histoire mouvementée

Le canal de Suez relie la Méditerranée et la mer Rouge depuis 1869, mais il a connu depuis une histoire mouvementée, émaillée de nombreuses guerres.

Déjà au temps des Pharaons

Au XIXe siècle avant notre ère, un premier canal est creusé entre le golfe de Suez et le delta du Nil, sous le règne du pharaon Sesostris III. Il est utilisé, avec des interruptions, jusqu’au VIIIe siècle de notre ère, avant d‘être abandonné car notamment trop coûteux: il doit être régulièrement désensablé.

A compter du XVIe siècle, le projet refait surface, défendu tour à tour par les Vénitiens, les savants accompagnant Napoléon Bonaparte lors de son expédition d’Egypte ou encore les Saint-Simoniens.

A lire aussi : Tut, le jeune Pharaon, la mascotte de la CAN 2019 dévoilée

En 1854, l’accession de Saïd Pacha au trône de vice-roi d‘Égypte donne une nouvelle impulsion au projet.

Dix ans de travaux

Le 30 novembre 1854, Saïd Pacha signe une concession de 99 ans autorisant le diplomate français Ferdinand de Lesseps, son ancien professeur d‘équitation, à percer l’isthme de Suez.

L’année suivante, le Français fonde la Compagnie de Suez. Soutenu par Napoléon III et l’impératrice Eugénie, il réunit par souscription plus de la moitié du capital nécessaire tandis que le vice-roi achète l’autre moitié des actions.

Le canal est officiellement inauguré le 17 novembre 1869 par l’impératrice Eugénie, après dix ans de travaux qui ont mobilisé jusqu‘à 60.000 ouvriers.

Une affaire franco-britannique

En 1875, le vice-roi Ismaïl Pacha, fortement endetté, vend ses actions au gouvernement britannique. Cinq ans plus tard, il cède au Crédit foncier de France sa participation aux bénéfices. La Compagnie de Suez, dont la vocation initiale était universelle, devient une affaire franco-britannique. 

En 1888, un traité donne au canal un statut international. Il peut être emprunté par tous les navires sans exception, en temps de paix comme en temps de guerre même si, dans les faits, cette convention ne sera pas toujours respectée.

Nasser nationalise le canal

Le 26 juillet 1956, le président égyptien Gamal Abdel Nasser nationalise la Compagnie du Canal de Suez pour financer la construction du barrage d’Assouan (sud), après le refus des Etats-Unis d’accorder un prêt à son pays.

Le 29 octobre, Israël attaque l’Egypte dans la péninsule du Sinaï en vertu d’un accord secret signé avec Paris et Londres, les principaux actionnaires de la Compagnie. 

Deux jours plus tard, des bombardements franco-britanniques détruisent en partie l’aviation égyptienne. L’offensive se poursuit pendant une semaine. Le 3 novembre, l’Egypte obstrue le canal en coulant des navires.

Le 6, sous la pression des Etats-Unis et de l’URSS, Londres annonce un cessez-le-feu, rapidement suivi par Paris. Moscou menaçait à demi-mot d’utiliser l’arme nucléaire et Washington de laisser s’effondrer la livre sterling.

Le canal de Suez, désormais égyptien, rouvre à la navigation le 29 mars 1957.

Huit ans de fermeture

En juin 1967, pendant la guerre des Six jours, l’armée israélienne pénètre dans le Sinaï et débute une occupation de la rive orientale du canal, qui ferme à la navigation.

Le 6 octobre 1973 éclate un nouveau conflit israélo-arabe. Prenant l’armée israélienne par surprise, les Egyptiens franchissent le canal de Suez. Une semaine plus tard, Israël traverse à son tour le canal dans l’autre sens.

Des casques bleus de l’ONU sont déployés sur place. Les deux rives du canal repassent sous contrôle égyptien en février 1974 en vertu d’un accord de désengagement égypto-israélien.

Après 15 mois de travaux de déminage, le canal de Suez rouvre le 5 juin 1975.

Modernisation

L’histoire du canal s’apaise après 1975, notamment grâce au traité de paix israélo-égyptien signé en 1979.

Le canal s’agrandit et se modernise progressivement. En août 2015, le président Sissi inaugure un élargissement qui doit permettre de doubler le trafic à l’horizon 2023.

AFP

Publicités

Laisser un commentaire