Tout au long de sa carrière, le batteur des Who a ingurgité suffisamment de drogues pour faire planer une escadrille d’éléphants.

Dieu sait si les rock stars des années soixante savaient s’amuser. Keith Richards se baladait avec un flingue. Alice Cooper guillotinait des poupées sur scène.

Ozzy Osbourne tranchait la tête d’oiseaux et de chauves-souris avec les dents. Mais Keith Moon, le batteur des Who, les battait tous : il adorait faire exploser les cuvettes des toilettes des palaces à la dynamite.

C’est tellement drôle, tellement anglais. Aussi, le jour de sa mort par overdose, le 7 septembre 1978, tous les directeurs d’hôtel ont fait péter les bouchons de champagne. Ce dingue ne viendra plus balancer des bâtons de…

Publicités

Laisser un commentaire