Coronavirus : ces mesures d’urgence prises à l’étranger…

0
45
vignette-focus (2)
vignette-focus (2)

Coronavirus oblige. Apparu pour la première fois en décembre 2019, en Chine, le coronavirus prend une ampleur alarmante. Si l’OMS reproche à certains pays de prendre cette menace à la légère, d’autres États ont mis en place des mesures d’urgence particulièrement drastiques. Aperçu.

Le coronavirus prend de plus en plus d’ampleur. En France, nous avons largement atteint le stade 2 du plan de lutte contre l’épidémie. Notre pays devrait passer au stade 3 de l’épidémie « dans quelques jours, une ou deux semaines maximum » selon l’expert Jean-François Delfraissy lors d’une rencontre à l’Élysée avec Emmanuel Macron.

Alors que le coronavirus multiplie ses victimes, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) reproche à « une longue liste de pays » de prendre cette menace à la légère et de ne pas mettre tout en œuvre pour la contrer. 

« Ce n’est pas un exercice. Ce n’est pas le moment d’abandonner, ce n’est pas le moment de trouver des excuses, c’est le moment d’y aller à fond », a déclaré aux médias Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS.

Vidéo : Coronavirus, les symptômes qui doivent vous alerter

Et pour cause, ce dernier déplore qu’une « longue liste de pays » n’ont pas mobilisé l’ensemble de leurs ressources pour limiter la propagation du coronavirus.

« Nous sommes préoccupés par le fait que dans certains pays, le niveau d’engagement politique et les actions qui démontrent cet engagement ne correspondent pas au niveau de la menace à laquelle nous sommes tous confrontés », a-t-il ajouté, sans en dire davantage sur les pays auxquels il fait allusion.

Plusieurs mesures d’urgence mises en place à l’étranger, à découvrir dans notre diaporama.

Coronavirus : quelles mesures en France ?

La France a atteint, depuis le 28 février le stade 2 de l’épidémie, compte-tenu de la flambée des cas. La porte-parole du gouvernement, Sibeth NDiaye, a déclaré quant à elle le 3 mars sur France Info qu’elle craignait « qu’il ne soit difficile d’échapper à la phase épidémique », dite de stade 3.

L’enjeu de cette phase ? Limiter la contagion grâce à des mesures barrières, mais aussi réduire la charge sur le système de santé.

À ce jour, en France, environ 120 établissements scolaires se sont vus fermés au niveau des principaux foyers épidémiques, situés essentiellement dans l’Oise et le Morbihan et une centaine dans le Haut-Rhin.

En outre, le Ministère de la Santé recommande désormais d’éviter les lieux où se trouvent des personnes fragiles (hôpitaux, maternité, Ehpad…), limiter toutes sorties non indispensables (cinéma, restaurant, grands rassemblements…) et encourage le télétravail.

Une fois que le stade 3 sera atteint en France, on devrait devoir faire à des mesures plus radicales : 

  • La pleine mobilisation du système de santé : les établissements sanitaires doivent pouvoir participer au diagnostic et à la prise en charge des patients, de même que les établissements médico-sociaux doivent monter en charge : être en capacité de repérer les patients Covid-19 et mettre en œuvre des mesures d’isolement dans leur établissement si nécessaire ; 
  • Des restrictions au niveau des déplacements ; 
  • La fermeture des écoles et crèches ; 
  • Les accès aux hébergements collectifs limités (Ehpad).

« Les généralistes sont démunis »

Si les autorités françaises assurent que notre système de santé est prêt à faire face à l’épidémie du Covid-19, ce n’est pas l’avis de tous les médecins. 

« Les autorités veulent faire croire que nous sommes prêts, mais ce n’est pas le cas du tout. Les généralistes sont démunis. Nous n’avons par exemple pas de moyens de protection alors que nous en réclamons depuis plus de 10 jours », déplore le Dr Elsa Benitah, médecin généraliste interviewée par Medisite et repris par Kafunel.com.

« Les autres pays ont pris des mesures intéressantes en réponse à l’épidémie », poursuit-elle. La praticienne mentionne notamment les drive-test mise en place au Royaume-Uni.

« La France doit être capable de mettre en place ce type de mesures qui réduit les risques de contamination »

Tour d’horizon de diverses mesures prises par nos voisins dans notre diaporama.

Des drive-test au Royaume-Uni 1/7

Des drive-test au Royaume-Uni 1/7
Des drive-test au Royaume-Uni 1/7

Le premier centre de « drive-test » au Royaume-Uni pour diagnostiquer le coronavirus a ouvert ses portes à Londres. Le principe est simple : il permet aux conducteurs de se garer à l’extérieur et de se faire tester pour le COVID-19.

Les personnes non motorisées ne sont pas oubliées : des tests de visites à domicile par des professionnels de la santé sont possibles.

Situé à Parsons Green, au Sud-Est de Londres, le service est fourni par Central London Community Healthcare NHS Trust pour minimiser le risque de propagation du coronavirus.

Si une personne a un doute, elle peut donc se faire tester rapidement et en toute sécurité. Il lui suffit de se rendre au drive-test sans sortir de son véhicule. Deux infirmières effectueront des prélèvements dans le nez et la bouche. Le test dure de 20 à 25 minutes.

Les personnes sont ensuite invitées à s’isoler en attendant les résultats, pendant 72 heures. 

En Suisse, les entreprises encouragent, voire obligent, le télétravail 2/7

En Suisse, les entreprises encouragent, voire obligent, le télétravail
En Suisse, les entreprises encouragent, voire obligent, le télétravail

Pour éviter tout risque de contagion, plusieurs entreprises suisses initient, voire obligent, leurs employés à travailler temporairement depuis leur domicile. 

Le groupe suisse Givaudan, spécialisé dans les parfums, a fermé les portes d’un de leurs site de recherches après la découverte d’un cas de coronavirus, a déclaré une porte-parole de l’entreprise à l’AFP.

La décision a été prise volontairement, et non à la demande des autorités, a précisé cette dernière. Les employés qui le peuvent vont travailler à domicile, la situation étant plus difficile pour le personnel de laboratoire, a reconnu la porte-parole du groupe.

Venue de l’étranger, la personne qui s’avère infectée ne serait restée que ponctuellement sur place. Or, le site a préféré fermer par mesure de précaution, afin de procéder à un nettoyage et rassurer le personnel.

Plusieurs entreprises suisses, interrogées sur le télétravail par les médias, assurent que le coronavirus n’a fait que renforcer un système déjà bien déployé. 

C’est notamment le cas chez Procter & Gamble : « à Genève, un peu plus de 50 % des collaborateurs ont recours au télétravail de manière régulière », selon les propos de Carine Shili, porte-parole de la société, rapportées par un média suisse.

En période épidémique, les collaborateurs ne s’abstiennent donc pas. « Nous exigeons également de tout employé de retour d’une zone touchée qu’il travaille à domicile pendant quatorze jours« , précise-t-elle.

La Californie augmente ses capacités à tester plus de personnes plus vite 3/7

La Californie augmente ses capacités à tester plus de personnes plus vite
La Californie augmente ses capacités à tester plus de personnes plus vite

La Californie a annoncé qu’elle allait distribuer aux prestataires de soins de santé des millions de masques pour contrer le coronavirus, stockés dans des réserves d’urgence, relate le Los Angeles Times.

Comme l’a précisé l’infectiologue Stéphane Gayet, l’État américain soutient qu’il ne recommande pas aux personnes en bonne santé de porter des masques.  « Cependant, les masques sont recommandés pour limiter la propagation des maladies chez les personnes qui présentent des symptômes respiratoires ».

La Californie accélère également les tests sur les potentiels patients atteints de coronavirus.

Ces tests plus agressifs « peuvent mener à une augmentation plus rapide du nombre de cas confirmés signalés. Ce n’est pas nécessairement un signe que le taux d’infection augmente, mais que notre capacité à tester plus de personnes plus rapidement conduit à une meilleure détection ».

Italie : toutes les écoles et universités fermées 4/7

Italie : toutes les écoles et universités fermées
Italie : toutes les écoles et universités fermées

Contre toute attente, l’Italie est devenue le troisième pays le plus touché au monde par le coronavirus. Pour contrer cette menace,  le gouvernement italien a annoncé le mars dernier la fermeture de toutes les écoles et universités « à titre de précaution ».

Cette mesure est devenue effective depuis jeudi 5 mars, avait annoncé le premier ministre Giuseppe Conte lors d’une brève conférence de presse à l’issue d’un Conseil des ministres exceptionnel. 

Taïwan : « En quarantaine, ils t’appellent avec un téléphone géolocalisé… » 5/7

Taïwan : En quarantaine, ils t'appellent avec un téléphone géolocalisé...
Taïwan : En quarantaine, ils t’appellent avec un téléphone géolocalisé…

Alors que la Chine constitue le tout premier foyer de contamination au coronavirus, les mesures de confinement sont désormais drastiques. Plusieurs agglomérations de la province du Zhejiang (est du pays) appliquent depuis le 4 février des restrictions aux déplacements à des dizaines de millions de personnes.

À titre d’exemple, à Zhumadian, dans le Henan, province limitrophe du Hubei, une personne par foyer seulement est autorisée à quitter son domicile… une fois tous les cinq jours. Des primes seraient même promises en cas dénonciation !

Quant à la quarantaine, elle est tout aussi drastique, selon une source proche d’une Française en Erasmus à Taïwan. « , à n’importe quelle heure et tu dois décrocher pour prouver que tu n’as pas bougé de chez toi », confie la source à Medisite.

Dans le même créneau, les Chinois ont à leur disposition plusieurs applications qui localisent les adresses des personnes infectées par le Covid-19…pour mieux les éviter. 

Un cercle rouge sur l’écran indique les résidences où sont domiciliés certaines personnes infectées. Impossible de les rater, selon un père de famille chinois, résident près de l’aéroport de Pékin, interviewé par France Infos.

« Quand je vais faire les courses, juste avant de partir, c’est obligatoire. J’ouvre l’application pour savoir s’il y a des cas près du supermarché. Si oui, je les évite, je change d’itinéraire pour être en sécurité », explique-t-il.

Israël : des « robots » remplacent les humains pour limiter la contagion 6/7

Israël : des robots remplacent les humains pour limiter la contagion
Israël : des robots remplacent les humains pour limiter la contagion

L’Israël semble avoir trouvé une façon pour le moins innovante de lutter contre le coronavirus. Des centaines de robots, développés par une entreprise israélienne, ont été déployés dans les hôpitaux, les immeubles de bureaux et les aéroports du monde entier.

Le but ? Minimiser le contact de personne à personne, selon le Jerusalem Post. Les appareils, alimentés par l’intelligence artificielle, sont équipés de thermomètres et de caméras capables d’identifier les signes vitaux des patients afin d’aider les médecins à diagnostiquer les patients à une distance sûre. D’autres sont utilisés pour désinfecter les chambres d’hôpital et même les avions.

Ces robots évitent aux médecins d’avoir à s’approcher trop près des malades et donc, de risquer la contamination.

Vidéo : Coronavirus, les symptômes qui doivent vous alerter 7/7

Laisser un commentaire