Le cotonnier est une plante médicinale et connut mondialement pour l’extraction de sa fibre de coton pour le domaine du textile.

Le coton est principalement une huile de cosmétologie pour un bienfait de la peau, mais elle est utilisée dans bien des pays pour ses vertus médicinales anti diarrhéiques pour enrayer les diarrhées.

Le coton est efficace pour calmer les quintes de toux puisqu’il est expectorant, il élimine les douleurs menstruelles et soigne les troubles de la menstruation par sa capacité emménagogue.

Cotonnier : Histoire

Le cotonnier est cultivé depuis plus de 5 000 ans. Les médecins traditionnels africains utilisent ses racines et ses feuilles depuis des millénaires pour traiter les troubles hépatiques, les saignements de nez, la toux et les règles douloureuses.

En Asie, il est employé pour soulager les symptômes de la ménopause (bouffées de chaleur, transpiration excessive). Son huile servait également à soigner les piqûres d’insectes et les morsures de serpents.

Nom latin: 

Gossypium arboreum, Gossypium barbadense, Gossypium herbaceum, Gossypium hirsutum.

Nom(s) vulgaire(s): 

Cotonnier en arbre

Famille: 

Malvacées

Période de récolte: 

Septembre à octobre.

Cotonnier : Parties utilisées

L’huile végétale extraite des graines.

Cotonnier : Comment la reconnaître ?

Le cotonnier est un arbre originaire des régions tropicales et subtropicales qui peut atteindre jusqu’à 7 mètres de haut à l’état sauvage, mais qui dépasse rarement 1,50 m en culture.

cotonnier touffu
cotonnier touffu

Très touffu, il possède de grandes feuilles vertes et de belles fleurs à pétales jaunes ou blanc crème qui égaient l’arbre en été et au début de l’automne. Ses fruits sont des capsules vertes qui deviennent marron en mûrissant.

Elles renferment plusieurs dizaines de graines noires munies de fibres blanches qui servent à la fabrication du coton.

Cotonnier propriétés thérapeutiques et médicinales :

Le cotonnier est une plante médicinale d’une grande importance dans le domaine du textile, elle fut en son temps un remède des plus usité dans bien des domaines, à présent en Europe, elle connaît surtout une utilisation autre que le tissu, dans la cosmétologie, elle est présente dans de nombreux produits de beauté pour la peau et dans différents conditionnements, lait et lotion, huile et bien d’autres…

Le coton assoupli revitalise tous types de peau et reconstruit les lipides épidermiques tout en réduisant les pertes hydriques.

En Afrique, en Inde et en Amérique, il est toujours d’actualité dans le domaine médical, il connaît des propriétés thérapeutiques galactogènes et antidiarrhéiques, pectorales et sudorifiques, emménagogues et antiasthmatiques.

Cette plante permet de soulager et calmer les douleurs de la menstruation, elle soigne les diarrhées apaise des quintes de toux et des crises d’asthme, elle est efficace dans les coliques du nourrisson.

À Dakar, le coton est utilisé comme traitement thérapeutique dans l’un de leurs hôpitaux traditionnels, les médecins le préconisent pour traiter les troubles menstruels, enrayer les problèmes d’insomnie et certaines maladies du foie, il est réputé pour être un fortifiant.

Principaux constituants :

Le cotonnier renferme des flavonoïdes et des acides gras (oméga6 et 9 et de l’acide palmitique, des stérols, une huile fixe, du gossypol et de la vitamine A et E, de la résine et du glycéride.

Cotonnier utilisation traditionnelles vertus :

Le cotonnier était d’une grande valeur médicinale dans la pharmacopée traditionnelle africaine, surtout comme analgésique et anti-inflammatoire.

Ses feuilles et ses racines étaient utilisées en décoction dans le traitement de l’hépatite et des douleurs abdominales dues à la menstruation.

Des préparations faites à partir de certains éléments de cette plante connurent une certaine renommée pour favoriser la lactation et apaiser les quintes de toux.

Chez les guérisseurs africains, les graines de coton mélangé avec d’autres plantes soignaient les affections hépatobiliaires, d’autres s’en servaient pour stopper les épitaxies (saignements importants du nez).

Cette plante en bain ou en friction traitait les affections de la peau et les prurits, en instillation dans les oreilles, elle soulageait des otites, il est même rapporté que durant l’épidémie de grippe qui eut lieu au Nigeria, il y a presque un siècle de cela, la farine obtenue de ces graines et des feuilles permirent de sauver bien des vies.

L’utilisation du coton en médecine traditionnelle était connue par la population asiatique et surtout vietnamienne pour ses vertus sur les maladies des os.

cotonnier ++
cotonnier ++

Il est est de même en Inde ou son emploi amenait à une stimulation du cycle menstruel, facilitait l’accouchement, il était un traitement des symptômes de la ménopause.

De plus, l’écorce des racines du cotonnier soignait les troubles urinaires, une décoction des feuilles soulageait des maux de tête et réduisait les états fiévreux, l’huile extraite était appliquée sur les morsures de serpent et tous autres insectes.

Cotonnier : Propriétés

Le cotonnier est un arbre exotique surtout connu pour la fibre végétale qu’il produit, le coton, omniprésent dans l’industrie du textile. Cette plante suscite également l’intérêt des phytothérapeutes pour son huile issue des graines.

Riche en acides gras (oméga-6) et en vitamines, elle a des propriétés antioxydantes (elle ralentit le vieillissement), émollientes (elle adoucit la peau et la rend plus élastique) et antalgiques (elle apaise les douleurs).

Elle est surtout indiquée dans la prise en charge des problèmes de peau (peaux sèches ou sensibles, acné, boutons, rides).

cotonnier
cotonnier

Le cotonnier entre dans la composition de plusieurs soins du visage (laits, lotions, huiles de massage).

Recherche :

Il fut fait des études médicales américaines sur le coton, les résultats furent prometteurs sur une molécule contenue dans cette plante et pouvant être d’un intérêt capital dans le traitement de l’ostéoporose et ceux sans aucun effet néfaste sur les autres cellules.

Description :

Le cotonnier est à mi-chemin entre une plante herbacée et un petit arbuste qui peut mesurer presque un mètre vingt de haut, à l’état sauvage, il est de type vivace et cultivé, il est annuel, il fait partie de la famille des malvacées.

Ces tiges sont droites sortantes de racines pivotantes, son feuillage est complètement glabre avec des feuilles alternées et palmatilobées, elles présentent de trois à sept lobes de forme triangulaire.

A lire aussi  Pinet Laprade pensait du Sénégal et des Sénégalais durant 20 ans…

Son inflorescence est terminale avec des fleurs de teinte jaunes, blanches voir pourpres, elles ont l’apparence de celle des hibiscus et produisent le fruit une sorte de capsule renfermant jusqu’à une cinquantaine de graines munies de longs poils blanchâtres (fibre).

Habitat :

Le cotonnier prend ses origines des Indes et plus précisément de la péninsule Arabique, il affectionne les climats tropicaux et tempérés, la chaleur et un bon ensoleillement lui sont favorables.

cotonnier +
cotonnier +

Pour la racine, il faut l’éplucher en fine bande et les faire sécher, tandis que pour extraire la fibre des fruits, il faut enlever cette capsule, retirer la fibre par une torsion.

Cotonnier : précautions effets secondaires, contre-indications :

Il est recommandé de prendre avis auprès d’un praticien avant l’utilisation du cotonnier, car il peut être toxique en usage interne, son emploi doit être fait sous contrôle médical, il est déconseillé durant la phase de grossesse.

Cotonnier utiliser pour, et les bienfaits sur la santé :

Galactogènes, anti diarrhéiques, pectorales, sudorifiques, emménagogues, antiasthmatiques, douleurs de la menstruation, diarrhées, asthme, toux, coliques du nourrisson, troubles menstruels, insomnie, maladies du foie, fortifiant.

Cotonnier : Dosage, posologie

Aucune information officielle à ce jour, si vous avez une indication de posologie que vous utiliser ou connaissez , laissez la en bas dans les commentaires.

Cotonnier : Précautions d’emploi

L’huile du cotonnier s’oxyde facilement. Il convient de la protéger de la lumière et de la chaleur, de la placer dans un endroit où la température n’excède pas 20°C. Ne pas dépasser deux applications par jour.

Divers :

Le cotonnier connaît de nombreux usages, bien entendu tout le monde sait son emploi dans le textile, pour cela, il est récupéré les fibres blanchâtres contenues dans la capsule (fruit), puis après transformation en fil, il est ensuite tissé.

Saviez-vous que le coton est la fibre naturelle la plus exploiter à travers le monde, depuis le 19 siècles, cette fibre est d’ailleurs classée la première fibre textile au monde grâce à l’industrialisation et l’agronomie moderne.

L’huile extraite des graines de coton figure à la cinquième place des huiles dites alimentaires, d’ailleurs, il est bon à savoir que nous en ingérons fréquemment sans être forcément stipulé, elle se trouve associée dans certaines de nos margarines et fritures, dans des plats cuisinés et voir des pâtisseries et viennoiseries.

Et ce n’est pas tout, elle est connue pour son usage en cosmétologie et servant à la production de produits de beauté, sous forme de lait ou lotion, de crème et d’huile de massage, de soins pour après le soleil et en tant que soins après-rasage pour apaiser la peau, il est utilisé également à la fabrication de savon.

Cotonier___
Cotonier___

Certaines parties du cotonnier sont employées en tant que combustibles, mais aussi comme engrais, d’autres éléments sont utilisés pour la consommation du bétail et son huile est aussi un lubrifiant pour les moteurs.

Dans les croyances populaires en Amérique, certaines populations pensaient que si l’on souhaitait avoir bonne pêche lors des grands vents, il fallait prendre sur soi une vingtaine de graines, en poser une dizaine sur la berge, en enterrer cinq au pied d’un saule et jeter les autres dans l’eau du fleuve.

Il était raconté autrefois que les boules de coton servaient de talisman pour protéger la maison à cette fin, on récupérait cette fibre et on la plaçait sur un meuble dans un sucrier.

A lire aussi  Aux Origines de l’ouverture du port de Dakar , le 9 octobre 1866

Et pour finir ses légendes, il était dit que si l’on voulait se mettre sous les meilleurs auspices, un homme se devait de jeter une veste ou un blouson par-dessus son épaule si c’était à droite cela concernait les affaires d’agents et à gauche celle du cœur.

Mise à jour le 21 ¨juillet 2020

IMPORTANT : L’ensemble des informations mentionnées n’est donné qu’à titre indicatif et ne peut en aucun cas remplacer un avis médical précis pour chaque personne. Veuillez consulter votre pharmacien ou praticien avant tout usage.

Attention : Les plantes ne sont pas des remèdes anodins. Ne jamais dépasser les doses indiquées.

Laisser un commentaire