Cybernétique, la science des systèmes (1894-1964)

0
6
Cybernétique-Thermoregulation_simplified
Cybernétique-Thermoregulation_simplified

La Cybernétique. Science de l’étude des mécanismes de la communication chez les êtres vivants et chez les machines, articulée autour de quatre éléments : l’entrée d’information, le stockage mémoriel, le traitement et la sortie de cette information. Définitions sur le même sujet…

Cybernétique

« À côté de la théorie de la technique électrique pour la transmission des messages, il y a un champ plus vaste qui englobe non seulement l’étude du langage, mais aussi l’étude des messages en tant que moyens de contrôle sur les machines et la société, le développement des machines à calculer et autres appareils automatisés analogues, certaines considérations sur la psychologie et le système nerveux, et une nouvelle théorie expérimentale de la méthode scientifique.

Cette théorie élargie des messages est une théorie probabiliste […].

Une théorie avant-gardiste mais encore simpliste.
Une théorie avant-gardiste mais encore simpliste.

Il n’existait pas de mot pour désigner ce complexe d’idées, et afin de désigner le champ tout entier par un terme unique, je me suis vu dans l’obligation d’en inventer un. D’où le mot “cybernétique” que j’ai fait dériver du mot grec kubernetes ou “pilote” », explique Norbert Wiener.

Automates (théorie des)

Ensemble des enseignements mathématiques de la modélisation de problèmes concernant la cybernétique, la synthèse des automatismes et l’intelligence artificielle.

Hubert Dreyfus cite Carl Sagan, en observant que « même les personnes qui ont un esprit scientiste ont le sentiment que, bien qu’elles soient faites de matière, elles ne sont pas des machines ; cependant, récemment, il leur est de plus en plus répété, comme si cela était évident, que “chaque être humain est un ordinateur superbement construit” et que les ordinateurs se comporteront éventuellement aussi intelligemment que les humains ».

Cyberespace

Espace cybernétique. Réseau de communication planétaire basé sur les rapports entre l’homme et la machine. Le terme est attribué à William Gibson dans son roman Neuromancer (1984).

Les « cyberpunks » imaginés par Bruce Bethke et Gardner Dozois luttent contre la constitution de cet espace et développent leur propre vocabulaire/jargon.

Feed-back d’information

Remontée ou retour d’informations du bas vers le haut de l’organigramme hiérarchique d’une entreprise, ou du consommateur vers le producteur/distributeur.

Cybernétique-Système_cybernétique
Cybernétique-Système_cybernétique

Guy Paquette précise que « le mot feed-back a véritablement fait son entrée dans la littérature scientifique sous la plume de N. Wiener en 1948, dans le premier ouvrage consacré à la cybernétique.

A lire aussi

Notion clef de cette approche, le feed-back y est défini comme étant un processus permettant le contrôle d’un système (mécanique, physiologique, social) en l’informant des résultats de son action. »

Communication non verbale

Communication de messages sans l’aide de mots écrits ou prononcés. Bien que divers, les principaux supports de la communication que sont alors le langage du corps (body language), le toucher, le regard et les expressions du visage apparaissent cependant limités à propos de la quantité et de la qualité de l’information transmise, mais également quant à l’interprétation du message par les destinataires.

Cybernétique
Cybernétique

Richard Clément et Kimberly Noels citent Patterson pour rappeler que « cette forme de communication remplit plusieurs fonctions :

  • 1) elle véhicule nos sentiments ;
  • 2) elle régularise les conversations ;
  • 3) elle exprime l’intimité ;
  • 4) elle exprime la volonté de contrôle ; enfin
  • 5) elle sert de support à la communication verbale ». La proxémie (proxemics) désigne l’étude des distances et des espaces autour des personnes, l’oculésie (oculesics) l’étude de l’utilisation des yeux, les interfaces haptiques (haptics) le rôle du toucher.

Par extension, en communication publicitaire, la communication non verbale va recourir exclusivement à l’image sans support d’une accroche ou d’une body copy.

Le message repose alors le plus souvent sur une connotation laissée à la libre interprétation du destinataire.

cybernetique-outil_bleu
cybernetique-outil_bleu

À titre d’exemple, pour la publicité originale présentée en illustration, l’agence compte sur la reconnaissance et l’interprétation par la cible de l’évocation du personnage « muet » de Charlot, ou de Adolphe Hitler, pour promouvoir la clé USB de 8 Go de la marque HP.

La part laissée à l’interprétation et à la compréhension est importante, a fortiori dans un contexte culturel (indien) éloigné du contexte d’origine des évocations.

Attachement (théorie de l’)

Théorie reposant à l’origine sur l’étude de la relation mèreenfant et qui postule la tendance qu’un individu peut avoir à rechercher le contact (intime) avec d’autres personnes.

Cette recherche pouvant devenir un besoin prégnant au regard du réconfort voire de la protection attendue. Dans le cas précis de l’enfant, et plus encore du nouveau-né, elle pose la question d’une base biologique à l’attachement possible à l’autre.

Lancaster (théorie de)

Théorie présentée en 1966 par Kelvin John Lancaster. Elle stipule que la satisfaction du consommateur ne provient pas du produit, mais des attributs qui le caractérisent.

Richard Ladwein observe que : « Le modèle de Lancaster a su s’imposer comme préfigurant la modélisation du choix, en concevant les offres en concurrence comme des paniers d’attributs entre lesquels le consommateur doit arbitrer. Son choix est supposé se porter sur le produit dont les attributs maximisent son utilité.

Cybernétique+
Cybernétique+

Malgré les limites de l’approche de Lancaster, la modélisation a fait son entrée dans l’étude du comportement du consommateur et de l’acheteur sans renoncer au principe de rationalité de la théorie économique classique. »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here