Décès du Professeur Cyr Descamps : un archéologue « très attaché’’ au Sénégal s’en est allé (Hamady Bocoum)

0
25
71 / 100

Le professeur Hamady Bocoum, directeur du Musée des civilisations noires (MCN), a rendu hommage au professeur Cyr Descamps, un archéologue français « très attaché au Sénégal », décédé dans la nuit de samedi à dimanche à Perpignan (France), saluant « un des porte-parole de l’archéologie au Sénégal et en Afrique de l’Ouest » en général.

, CYR DESCAMPS , DÉCÈS , PROFESSEUR ,CYR DESCAMPS , ARCHÉOLOGUE , SÉNÉGAL ,HAMADY BOCOUM,SENEGAL,NECROLOGIE,HISTOIRE,

Cyr Descamps, Professeur archéologue, décédé à 80 ans

Son décès, survenu à l’âge de 80 ans, a été annoncé par la section sénégalaise de la Communauté africaine de culture (Cacsen) dont il était membre.

Cyr Descamps, qui a longtemps habité l’île de Gorée, était arrivé au Sénégal en 1964 pour les besoins de son service militaire de parachutiste, rappelle le professeur Bocoum dans un entretien téléphonique avec l’APS.

« Cyr Descamps est resté très attaché à notre pays depuis son arrivée. Il y a fait ses humanités. Il a découvert au Sénégal la véritable archéologie. Il a passé sa thèse d’archéologie ici et a fait sa carrière d’archéologue à l’Institut fondamental d’Afrique noire (IFAN) Cheikh Anta Diop, jusqu’à sa retraite », a témoigné Hamady Bocoum, qui fut avec Penda Mbow un disciple de Cyr Descamp.

Initié à l’archéologie sous-marine

Ce dernier a parallèlement enseigné l’archéologie à la faculté des Lettres et Sciences humaines de l’Université Cheikh Anta Diop, en même temps qu’il s’est initié à l’archéologie sous-marine.

« Sa carrière archéologique est intimement liée au Sénégal jusqu’à la retraite. Il a été quelqu’un de très important pour nous tous, parce qu’il a été pour notre génération, le professeur le plus gradé du département d’histoire dans le domaine de l’archéologie », ajoute-t-il.

Selon Hamady Bocoum, le professeur Cyr Descamps a transmis à sa génération « le virus » de l’archéologie, une matière incluant l’archivistique et l’enquête orale ou documentaire.

« Le document archéologique, contrairement au document archivistique classique, ne dit pas les choses de manière explicite. C’est nous qui devons l’interpréter et Cyr Descamps a contribué à nous apprendre cela », a-t-il souligné.

Premier Festival mondial des arts nègres de 1966

Le chercheur Cyr Descamps avait été recruté à l’IfAN en mars 1965, un an avant le premier Festival mondial des arts nègres de 1966 initié par le premier président du Sénégal Lépold Sédar Senghor dont il a toujours gardé un souvenir vivace.

Il est de la première génération d’étudiants formés au certificat d’histoire d’Afrique. En 1972, il a soutenu sa thèse sur « La préhistoire du Sénégal », publiée par les Nouvelles éditions africaines du Sénégal.

A lire aussi

Chercheur associé à l’IFAN et maître de conférences honoraire à l’université Perpignan, il a publié de nombreux ouvrages et articles sur l’archéologie au Sénégal et en Afrique de l’Ouest.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here