Il y a du Abdoulaye Wade en Habib Sy, qui est l’invité de ce numéro de “Face à l’actu” de Seneweb. D’abord le port vestimentaire : il était en tenue traditionnelle, un deux-pièces avec un boubou trois-quarts. Il n’avait pas le bonnet, mais il a l’habitude de le porter. Comme l’ancien chef de l’État.

Il y a aussi les mimiques, les coups d’œil appuyés à son interlocuteur, la mine par moments boudeuse, les bras qu’il ne cesse d’agiter en parlant… Le débit, lent, et l’intonation de la voix, souvent grave. Les roulements de “r” et les syllabes qu’il découpe. Comme son “maître”.

Ça c’est côté style. Au plan de l’état d’esprit, des idées, les similitudes sont également remarquables. “Rien n’est impossible !”, s’est-il exclamé en abordant un des quatre points de l’entretien avec Seneweb. Un optimisme martelé qui rappelle Wade avec ses “grands projets”, son “ambition pour l’Afrique”, son audace qui frisait parfois la prétention.

Habib Sy a poussé le bouchon jusqu’à déclarer qu’il détient les capacités, s’il est élu président de la République en 2019- il a déclaré sa candidature-, pour gouverner mieux que Macky Sall, “faire plus que (son) maître Abdoulaye Wade”, “faire du Sénégal un paradis terrestre”.

Autre ressemblance non négligeable, la capacité à faire dans la nuance : interrogé sur le sens du projet de Pacte populaire de l’opposition que propose son parti, le Parti espoir et modernité (Pem), invité à dire si cette initiative ne constitue pas une “voie de contournement pour rejoindre le camp présidentiel”, Habib Sy a répondu en digne disciple de Wade : nuancé.

LAISSER UN COMMENTAIRE