Disques avec une durée de vie plus importante

0
230

Contrairement aux promesses faites par les fabricants lors de leur apparition, les disques optiques sont loin d’être immortels. Leur durée de vie réelle ne dépasserait pas les dix ans pour les disques gravés, avec, dans certains cas, des dégradations rendant impossible la lecture du support au bout de seulement deux ou trois ans. Et, pour les disques pressés, la durée de vie n’est pas extraordinaire non plus. Les colorants et les colles ne sont pas forcément de bonne qualité lors des pressages.

Pour les déclinaisons gravables, la chimie du substrat employé détermine la longévité du disque. Ainsi, les modèles dotés d’une couche dorée disposent de la meilleure espérance de vie et les bleutés sont les plus fragiles.

Fort de ce constat, la plupart des fabricants se sont mis à proposer des disques enregistrables, un peu plus coûteux, mais dont l’espérance de vie est plus longue, sans être non plus extraordinaire.

Côté Blu-ray, leur densité importante et leur fragilité leur confère une longévité théorique inférieure à celle des DVD.

Toutefois, selon les tests de vieillissement menés pour les besoins d’archivage du ministère de la Culture, la durée de vie estimée des disques Blu-ray de la marque Panasonic serait d’une cinquantaine d’années. Globalement, il faut retenir que les Blu-ray gravables portant la mention BD-R HTL sont dotés d’un substrat plus résistant, d’une teinte moins foncée que les autres.

Face à ces limitations, les fabricants et les laboratoires cherchent à créer des supports plus durables. C’est notamment le cas de Millenniata, accompagné de Mitsubishi, qui a mis au point un Blu-ray M-Disc (M pour Millenium).

Doté d’une capacité de 100 Go, celui-ci pourrait héberger des données sans détérioration durant 2.000 ans, soit plus que les archives en papier. Afin de parvenir à cette durée de vie, le substrat est composé d’une couche de composant inorganique et insensible à l’oxygène…

Pour pouvoir écrire les données, le laser doit être plus puissant. C’est pourquoi un lecteur compatible est requis. Mais voilà, pour pouvoir lire ce genre de support dans l’avenir, encore faudrait-il que des lecteurs subsistent plus longtemps.

En outre, il est totalement impossible d’affirmer que ce support ne déclinera pas au bout d’une centaine d’année, voire moins. Les laboratoires utilisent en effet des procédés de vieillissement artificiel.

Dans l’avenir, le disque optique est amené progressivement à disparaître, englouti par la puissance dématérialisée du cloud, qui s’apparente à un véritable tonneau des Danaïdes. Côté cinéma, la VOD via le streaming en Full HD prouve déjà que les beaux jours du Blu-ray sont derrière lui.

 

Précédent                                                                                                        Suivant 

Laisser un commentaire