Pourquoi les électeurs en Gambie continueront de voter avec des billes ?

0
1

Election présidentielle en Gambie. Pourquoi les électeurs continueront de voter avec des billes ? Dans notre série de lettres de journalistes africains, l’écrivain sierra-léonais et gambien Ade Daramy affirme que la Gambie a connu un essor remarquable de la démocratie au cours des cinq dernières années, mais que son curieux système d’élection des dirigeants reste inchangé.

Election présidentielle en Gambie 

La plupart des Gambiens que je connais sont assez fiers de leur système de vote unique.

Lorsqu’ils se rendront aux urnes le samedi 4 décembre pour élire un président, les bulletins de vote ne seront pas utilisés.

Au lieu de cela, à son arrivée dans un bureau de vote, et après vérification de son identité, l’électeur sera dirigé vers une série de fûts peints aux couleurs des partis des différents candidats.

Au sommet de chaque fût se trouve un tuyau dans lequel l’électeur glissera une bille remise par un agent électoral.

Lors des élections précédentes, comme celle de 2016, il y avait trois fûts dans chaque bureau de vote pour représenter trois candidats
Lors des élections précédentes, comme celle de 2016, il y avait trois fûts dans chaque bureau de vote pour représenter trois candidats

Lors des élections précédentes, comme celle de 2016, il y avait trois fûts dans chaque bureau de vote pour représenter trois candidats

Lorsqu’elles tombent, une cloche retentit afin que les responsables puissent entendre si quelqu’un tente de voter plus d’une fois.

Pourquoi les électeurs continueront de voter avec des billes

À la fermeture des bureaux de vote, les billes de chaque fût sont comptées et comptabilisées – comme on le ferait avec des bulletins de vote.

Cette méthode de vote a été introduite après l’indépendance en 1965 en raison du taux élevé d’analphabétisme en Gambie.

Un certain nombre de réformes ont été mises en place depuis que Yayha Jammeh a été contraint de quitter le pouvoir, après avoir perdu les élections présidentielles en 2016.

Un scénario cauchemardesque évité

Certains responsables électoraux avaient secrètement espéré que l’abandon des billes en ferait partie.

Ils avaient fait valoir qu’avec l’ouverture de l’espace démocratique et la possibilité que davantage de candidats participent aux futures élections, les billes et les fûts pourraient se révéler trop encombrants.

Dans le passé, seuls trois fûts environ étaient nécessaires dans chaque bureau de vote.

Pendant les 22 ans de pouvoir de M. Jammeh, il ne semblait guère utile de se présenter.

En fait, la Gambie n’a connu que trois présidents dans son histoire.

Des planches comme celles-ci sont utilisées pour compter les billes.

Des planches comme celles-ci sont utilisées pour compter les billes.
Des planches comme celles-ci sont utilisées pour compter les billes.

M. Jammeh a pris le pouvoir lors d’un coup d’État en 1994, en évinçant le leader indépendantiste Dawda Jawara.

De nombreux observateurs reconnaissent que la seule élection que M. Jammeh a remportée de manière équitable a été celle de 1996, alors qu’il y avait encore une période de lune de miel après le coup d’État et que ses excès autoritaires ne s’étaient pas encore installés.

Selon eux, les élections suivantes ont été truquées en sa faveur, et sa défaite en 2016 a semblé le prendre par surprise, ainsi que son successeur Adama Barrow.

Il s’agissait en grande partie d’une course à deux chevaux, M. Barrow étant un candidat de consensus choisi par une coalition de partis d’opposition. Le troisième candidat, Mama Kandeh, a obtenu environ 17 % des voix.

Le président Barrow se présente à nouveau, cette fois sous la bannière de son nouveau parti.

À un moment donné, il semblait qu’il aurait à faire face à 22 candidats – un scénario cauchemardesque pour la commission électorale étant donné que le système des billes et des fûts reste en place, car il n’y avait pas de réelle volonté politique de le changer.

À son grand soulagement, ces candidats ont depuis été ramenés à six, ce qui reste beaucoup pour un pays d’environ 2,2 millions d’habitants.

Jammeh divise toujours

Le fait qu’il y ait tous ces candidats montre à quel point le pays a changé, et continue de changer.

Autrefois, les gens avaient soit trop peur pour se présenter contre M. Jammeh, soit considéraient que c’était une perte de temps.

Aujourd’hui, dans ce que l’on appelle régulièrement « la nouvelle Gambie », cette crainte a disparu et la liberté d’expression abonde.

Un humoriste du nom de Wagan a une émission de télévision hebdomadaire dans laquelle il se moque de tous les principaux hommes politiques, y compris le président – chose impensable il y a cinq ans.

Les journalistes commentent librement sans craindre d’être emmenés, torturés ou tués comme c’était le cas sous M. Jammeh.

Certaines de ces atrocités ont été mises en lumière par la Commission vérité, réconciliation et réparations (TRRC), qui a entendu les témoignages de près de 400 personnes de janvier 2019 à mai 2021.

Elle a remis son rapport final en 17 volumes la semaine dernière – le président a maintenant six mois pour y répondre ainsi qu’à ses recommandations.

La Commission Vérité, Réconciliation et Réparations (TRRC) a enquêté sur les 22 ans de règne de Yahya Jammeh.
La Commission Vérité, Réconciliation et Réparations (TRRC) a enquêté sur les 22 ans de règne de Yahya Jammeh.

La Commission Vérité, Réconciliation et Réparations (TRRC) a enquêté sur les 22 ans de règne de Yahya Jammeh.

Cela signifie qu’il appartiendra au vainqueur du 4 décembre d’entamer le véritable processus de guérison des blessures laissées par le mandat de M. Jammeh.

Malgré son exil en Guinée équatoriale, l’ancien président tente de faire planer son ombre sur les élections.

Lire aussi:

L’homme de 56 ans reste un personnage qui divise, comme en témoigne la rupture avec le parti qu’il a fondé, l’Alliance pour la réorientation et la construction patriotiques (APRC).

Ce parti a conclu une alliance officielle avec le parti du président Barrow, au grand dam de M. Jammeh, qui a publié une série d’enregistrements audio soutenant M. Kandeh.

Mais la véritable ombre qui s’est abattue sur la Gambie, comme sur le reste du monde, est la pandémie de Covid.

Le pays, avec ses magnifiques plages et sa faune abondante, dépend fortement du tourisme et a été durement touché par les restrictions de voyage. De nombreuses personnes ont perdu leur emploi.

Aujourd’hui, les touristes affluent, mais il reste beaucoup à faire pour retrouver le niveau d’avant la pandémie.

La relance de l'économie est un défi majeur pour le vainqueur de la présidence, quel qu'il soit.
La relance de l’économie est un défi majeur pour le vainqueur de la présidence, quel qu’il soit.

La relance de l’économie est un défi majeur pour le vainqueur de la présidence, quel qu’il soit.

Même avant le coronavirus, le pays a fourni un nombre disproportionné de migrants cherchant à se rendre en Europe.

Une grande partie, mais pas la totalité, est due au chômage.

Pour celui qui gagnera le plus de billes le 4 décembre, le plus grand défi sera de développer et de créer des opportunités en Gambie afin de la rendre plus attrayante pour les résidents et pas seulement pour les touristes.

Six candidats en lice :

  • Adama Barrow (National People’s Party) – le président sortant.
  • Ousainou Darboe (Parti démocratique uni) – avocat qui a été brièvement vice-président de M. Barrow. Il faisait partie de la coalition qui a fait tomber M. Jammeh et se présente pour la cinquième fois.
  • Essa Mbye Faal (indépendant) – avocat et ancien conseiller principal de la TRRC, qui vient de rendre ses conclusions. Se présente pour la première fois
  • Mama Kandeh (Gambia Democratic Congress) – troisième au scrutin de 2016, soutenu par M. Jammeh.
  • Abdoulie Ebrima Jammeh (Parti de l’unité nationale) – ancien enseignant qui a dirigé l’autorité de l’aviation civile du pays. Candidat pour la première fois
  • Halifa Sallah (Organisation démocratique populaire pour l’indépendance et le socialisme) – Députée dont c’est la cinquième candidature.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here