Les éléments de la DIC descendent chez la dame M. SOW pour l'arrêter, son amie A.Sylla dégaine un pistolet automatique qu'elle braque sur les... policiers
Les éléments de la DIC descendent chez la dame M. SOW pour l'arrêter, son amie A.Sylla dégaine un pistolet automatique qu'elle braque sur les... policiers

​Les éléments de la DIC descendent chez la dame M. SOW pour l’arrêter, son amie A.Sylla dégaine un pistolet automatique qu’elle braque sur les… policiers à Petit Mbao.

Aussi incroyable que cela puisse paraitre, la scène surréaliste digne d’un film d’Holywood, s’est déroulée au petit matin de ce vendredi 30 Août 2019 à … »Petit Mbao ». 

Des informations glanées de sources concordantes, il ressort que des éléments de la Division des Investigations Criminelles (DIC) munis d’un mandat se sont présentés aux environs de 6 heures du matin à la résidence de la dame nommée M.SOW. Et, c’était pour « cueillir » cette dernière, qui se présente comme une informaticienne.

La cause ? 

 Il nous revient que la dame faisait l’objet d’une procédure judiciaire. En clair, son plaignant avait déposé une plainte contre elle pour abus de confiance  concernant une vente de voiture qui a mal tourné.

  La dame M.SOW, qui a été « cuisinée », il y’a de cela quelques jours au niveau de la rue Carde (siège des enquêteurs de la DIC) était tenue de se présenter à une deuxième convocation.

Mais, elle refusera de déférer à la convocation des redoutés mais redoutables limiers de la DIC. 

Sans désemparer, les perspicaces éléments du commissaire Ibrahima Diop  se rendront ce vendredi très tôt chez M.SOW, mariée à un ressortissant Hollandais.

Mais, grande a été leur surprise lorsqu’après avoir toqué à la porte, non sans se présenter, qu’ une dame surgira d’on ne sait où pour dégainer un P.A (pistolet automatique) avant de proférer des menaces.

Ces derniers sachant en effet à quoi s’attendre lors de leurs opérations,  minutieusement préparées, garderont quand même leur sang froid. 

 Impertubables, ils prendront le temps de sécuriser les lieux non sans s’entourer de toutes les précautions pour de pareils cas de figure.

Quelques minutes plus tard, un vieux aux cheveux de cendre, certainement informé par les deux dames, se présentera sur les lieux comme un …gendarme à la retraite.

C’est sur entrefaites, c’est à dire durant les explications avec le Monsieur en question que d’autres membres de la Dic  ont réussi, par on ne sait quelle alchimie, à alpaguer les deux dames c’est à dire M. Sow et son amie (A. Sylla) qui a osé braquer son arme à feu  contre les limiers. 

Après leurs auditions sur PV, elles ont été déférées au niveau du parquet de Dakar. Et, compte tenu de la gravité de leurs  actes (ndlr: la dame Sylla ne dispose même pas d’autorisation de port d’arme), elles vont certainement garnir le nombre pléthorique de détenues au niveau de « Quartier Femmes » sis à la prison de Liberté 6.

Publicités

Laisser un commentaire