Emigration clandestine. Le président du Cap-Vert Jorges Carlos Fonseca appelle la communauté internationale à trouver « des réponses efficaces » aux « phénomènes de l’émigration clandestine.

La sortie du président Capverdien est consécutive à la découverte sur les côtes du Cap-Vert de dix corps de migrants.

Emigration clandestine: le président du Cap-Vert pour des « réponses efficaces »

Face à ces phénomènes malheureux et tristes liés à la migration, des gens qui fuient des conditions de vie très difficiles et misérables, des conditions sous-humaines, nous devons, avec la communauté internationale, tous travailler sur les causes en même temps, donner des réponses efficaces à ces faits terribles
Carlos Fonseca
Président du Cap-Vert

Le président Carlos Fonseca répondait ainsi à des questions de la presse après une réunion à Praia du Parlement des enfants.

Malgré « nos difficultés, nous devons donner à ces rescapés le meilleur traitement possible, que tout soit fait pour leur dignité.

C’est une obligation morale de l’État du Cap-Vert », ajoute-t-il, une allusion à la prise en charge d’une soixantaine de personnes secourues après le naufrage le 15 novembre d’une pirogue sénégalaise au Cap-Vert.

Dix corps, probablement ceux de migrants clandestins ayant essayé de rallier l’Europe par la mer, ont été repérés après ce naufrage sur les côtes de Sal, l’une des îles du Cap Vert, ont annoncé jeudi les autorités.

Le Cap Vert, à quelque 500 km du Sénégal, se trouve à l’ouest de la route maritime empruntée par les migrants africains pour gagner en pirogue, et malgré les risques, l’archipel espagnol des Canaries, porte d’entrée de l’Union européenne située au large du Maroc.

Lire aussi
Le vaccin d’Oxford contre le Covid-19 efficace à 70%
Cinq allégations de fraude électorale examinées aux Etats Unis

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here