Emmanuel Orhant en danger de mort : «Le muscle cardiaque est plus sollicité» (médecins)

0
429

Le directeur médical de la FFF reconnaît que l’évolution du football doit être prise en compte dans la surveillance des joueurs, pour tenter de prévenir la mort subite.

A lire aussi: Mort subite de Samba Diop, jeune défenseur du Havre de la réserve, 18 ans

Les accidents cardiaques dans le football ont fait l’actualité de ces dernières semaines avec trois décès en peu de temps (lire ci-contre).

Pourtant ce phénomène ne connaît pas d’évolution sensible comme nous l’explique Emmanuel Orhant, le chef du service médical de la Fédération française de football (FFF).

L’ancien docteur de l’Olympique Lyonnais détaille ce qui est mis en place par la FFF afin de surveiller au mieux les joueurs.

Et reconnaît que l’évolution du foot peut être un facteur des décès.

«Que vous inspirent les trois récents décès de footballeurs pour des raisons cardiaques?

Je ne suis pas sûr qu’il faille mélanger les trois cas. C’est bien triste mais dans le cas du jeune garçon de Guingamp, on ne sait pas si c’est un décès cardiaque lié à la pratique du football. Il s’agit peut-être d’une infection.

En ce qui concerne le jeune de Tours, on est bien dans le cadre du sport puisque ce dernier exerçait la profession de footballeur.

Il y a cette dramatique actualité.

Mais est-ce pour autant un phénomène habituel de mortalité dans le foot ?

Malheureusement, on a aussi eu trois

Sur le même sujet:  Football : les médecins des pros face aux inquiétudes

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here