84 / 100

Le promoteur Evergrande devait loger ici 6600 foyers, qui pour une partie d’entre eux n’ont plus que leurs yeux pour pleurer. Au cœur de la mégalopole de Shenyang, près de la zone internationale des fabricants de «software» de la capitale de la province du Liaoning. Reuters

Evergrande pour loger 6600 foyers

Evergrande sauvé par le gong et par les bonds. Le géant de l’immobilier chinois a, une nouvelle fois, échappé à la faillite en remboursant à la dernière minute une obligation d’intérêts de plus de 40 millions d’euros.

Mais les ennuis ne sont pas finis pour Evergrande, qui reste plombé par une dette colossale de 260 milliards d’euros et des dizaines de milliers d’habitations encore en chantier.

Reportage à 600 km au nord de la capitale chinoise, dans un complexe résidentiel Evergrande non terminé, comme il y en a beaucoup dans le pays.

Des barres de béton nues, d’autres encore couvertes de leur peau verte, ces filets de protection qui entourent les échafaudages des immeubles en construction en Chine, puis une entrée en dur au milieu des palissades surmontées de grands caractères blancs : bienvenue à « Héng dà zhōngyāng guǎngchǎng », la « Place centrale d’Evergrande ».

Des squelettes de béton dans toute la Chine

Ces grands immeubles de plus de 30 étages non terminés sont la partie émergée du problème Evergrande en Chine.

Nous ne sommes pas dans l’une des villes fantômes des déserts de la province chinoise de Mongolie intérieure, mais au cœur de la mégalopole de Shenyang, près de la zone internationale des fabricants de software de la capitale de la province du Liaoning.

Le promoteur devait loger ici 6 600 foyers qui, pour une partie d’entre eux, n’ont plus que leurs yeux pour pleurer, comme le raconte cet ancien militaire, devenu chauffeur VTC : « Evergrande est partout à Shenyang.

Le promoteur a des résidences dans presque tous les quartiers de la ville. Une partie des habitations sont terminées et prêtes à être livrées aux propriétaires.

Acheteurs ont des traites à payer sur leur emprunt

Mais pour toutes celles qui ne sont pas finies, vous en voyez une partie ici, c’est un autre problème : il faut que le chantier se termine vite, car les acheteurs ont des traites à payer sur leur emprunt.

Et puis il y a ceux qui ont payé pour un appartement qui n’est pas toujours sorti de terre. »

Le logement, la plus grande part du patrimoine des ménages chinois
Au-delà de la dette, il y a donc toutes ces commandes, tous ces immeubles commandés et pas encore achevés.

Une douzaine de chantiers dans le sud-est du pays

Le groupe a annoncé, cette semaine, la relance de plusieurs de ses chantiers, une manière de rassurer les petits propriétaires.

Les grues sont de nouveau en mouvement effectivement sur une douzaine de chantiers dans le sud-est du pays, autour de la ville de Shenzhen notamment où se trouve le siège d’Evergrande.

C’est symbolique : une manière de montrer que le groupe bouge encore. Mais c’est une goutte d’eau, car encore une fois Evergrande a laissé des squelettes de béton armés partout dans le pays : 1,4 million de chantiers Evergrande sont à l’arrêt.

Le logement est important en Chine et les forêts d’immeubles en béton que l’on voit par la fenêtre des TGV chinois ont longtemps alimenté la croissance à deux chiffres de la deuxième économie du monde. Le secteur représente près de 30% du PIB, les ménages chinois y consacrent 75% de leur patrimoine.

Colère des petits propriétaires

Les propriétés Evergrande étaient réputées moins chères ; aussi les acheteurs se sont rués avant même que les pelleteuses commencent à remuer la terre.

D’où la colère des petits propriétaires : « Une de mes connaissances a terminé de payer son appartement.

Même les fenêtre sont installées, mais il ne peut pas y accéder. Des gens ont protesté ici, car il semble qu’une partie des propriétés d’Evergrande soient déjà hypothéquées.

C’est un énorme promoteur et ses chantiers affectent tout le pays. On ne parle pas de 100, de 1 000 personnes, mais de millions de personnes concernées par cette faillite.

Cela risque de provoquer des troubles sociaux, mais le Parti communiste ne laissera pas faire. Le gouvernement va résoudre cette crise. »

Que va faire le gouvernement chinois ?

Pour l’instant, le gouvernement central s’est bien gardé de dire qu’il allait renflouer le géant immobilier moribond.

Ce qui n’empêche qu’Evergrande est pressée de toutes parts, à commencer par le sommet de l’État chinois. Pékin a fait la morale à Xu Jiajin.

Le patron de l’entreprise est prié de prendre ses responsabilités et de mettre la main à la poche pour éponger ses dettes. Là aussi, le geste est symbolique pour tenter d’apaiser la colère des propriétaires spoliés.

À Shenyang, au moins une cinquantaine de ces petits investisseurs en colère ont manifesté, ce qui est rare en Chine, devant les fenêtres du gouvernement local pour demander l’arbitrage de l’administration.

Complexes d’habitations Evergrande à Shenyang avec un prix moyen au mètre carré de 10 000 yuans

Les autorités ont demandé un délai et travaillent activement à calmer les esprits. Les habitants que nous avons interrogés nous ont parlé d’au moins sept complexes d’habitations Evergrande à Shenyang avec un prix moyen au mètre carré de 10 000 yuans (un peu plus de 1 300 euros), ce qui est relativement moins élevé que chez d’autres constructeurs.

A lire aussi

À Shenyang comme ailleurs, on cherche des solutions, sachant que les entreprises mettent un peu plus de temps à mourir ici. Les faillites sont un peu plus longues et un défaut de paiement n’oblige pas immédiatement à fermer.

Autre exemple : Sinic Holding, autre groupe immobilier dont le paiement des obligations arrivait à échéance lundi. L’objectif est d’amortir la chute et d’éviter à tout prix un effondrement du château de cartes qui pourrait secouer le reste de l’économie.

Le gouverneur de la Banque de Chine a ainsi répété à plusieurs reprises ces derniers jours que la situation était sous contrôle.

Cette crise Evergrande est aussi un moyen de faire le ménage, d’arrêter cette course en avant et, en tout cas, de faire une pause dans la multiplication des chantiers qui a nourri ces dernières années l’appétit féroce des mégalopoles chinoises pour les tours de verre, de fer et d’acier qui ont financé la croissance de ces provinces chinoises qui font souvent la taille de pays européens.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here