Face-à-face entre manifestants et policiers le 2 mai 1968, boulevard Saint Michel à Paris
Face-à-face entre manifestants et policiers le 2 mai 1968, boulevard Saint Michel à Paris

Cinquante ans après les barricades du quartier latin et l’occupation des usines Renault, les Français ont d’ailleurs tranché: 79% d’entre eux reconnaissent au mouvement des conséquences positives, selon un sondage Harris-Interactive paru début février.

A lire aussi: Mai-68: cinquante ans après, une histoire toujours difficile à commémorer

« Cela contraste avec plusieurs politiques ou intellectuels qui se sont appliqués à dénoncer 68 », s’enthousiasme Boris Gobille, maître de conférences en sciences politiques à l’ENS Lyon et spécialiste de la période, en visant par exemple Alain Finkielkraut ou l’ex-ministre de l’Éducation Luc Ferry.

Car chez les politiques français, le sujet demeure toujours clivant: dans un discours de campagne, en 2007, Nicolas Sarkozy voulait « liquider l’héritage de Mai-68 », responsable selon lui d’un « relativisme intellectuel et moral ». Cinq ans plus tard, François Hollande saluait au contraire « les piétons de Mai-68, qui marchaient la tête dans les étoiles et avaient compris qu’il fallait changer ».

– L’impossible consensus –

Tout est politique? En tout cas pas la commémoration de l’événement, que le pouvoir politique a finalement renoncé à organiser.

« En le commémorant, on donne le sentiment d’une forme de récupération », estime Boris Gobille, en pointant l’impossible consensus, même à réduire la célébration à ses seuls contours festifs et libertaires.

A l’automne, il s’agissait pourtant, « sans dogme, ni préjugés », de « réfléchir sur ce moment et en tirer des leçons qui ne soient pas +anti+ ou +pro+ », avait expliqué l’entourage du président de la République, qui constatait que « nous n’avons plus vraiment d’utopies et vécu trop de désillusions ».

L’idée a été abandonnée un mois plus tard.

« Certains modes d’action ont flirté avec l’illégalisme: c’est difficilement appréciable pour n’importe quel pouvoir », observe Boris Gobille. Sa collègue Ludivine Bantigny abonde: « Que l’État imagine une seule seconde commémorer une grève générale, avec des occupations, dans une logique opposée à celle du marché, tout de même… »

Emmanuel Macron, né neuf ans après les événements, ne songeait-il qu’au 68 de la libération des mœurs, « un Mai-68 romantique », sociétal, « une vision extrêmement superficielle, mélange de candeur et de méconnaissance, qui ne sont que les clapotis de la vague », comme le suggère l’universitaire? « Peut-être », répond-elle.

A lire aussi: Mai 68 fut un fertile créateur de slogans mais aussi un grand générateur d’images
Publicités

Laisser un commentaire