Fosses communes au Niger… Les meurtres auraient eu lieu plus tôt cette année. La commission nationale des droits de l’homme du Niger a accusé l’armée d’avoir exécuté des dizaines de civils lors d’opérations de contre-insurrection.

Il a déclaré avoir découvert plus de 70 corps dans six fosses communes à Tillabéri, dans le nord-ouest du pays, une zone touchée par la violence djihadiste.

Les meurtres auraient eu lieu plus tôt cette année.

L’un des enquêteurs a déclaré que les civils avaient été tués avec des armes blanches et des armes légères.

Des groupes de défense des droits internationaux ont accusé les armées du Niger, du Mali et du Burkina Faso d’avoir procédé à des dizaines d’exécutions extrajudiciaires lors de campagnes contre les djihadistes et d’autres groupes armés dans la région du Sahel.

La Commission nationale des droits de l’homme du Niger enquêtait sur les allégations selon lesquelles 102 civils auraient disparu dans la région troublée entre le 27 mars et le 2 avril après une opération de l’armée.

Fosses communes au Niger

«Il y a en effet eu des exécutions de civils non armés et la mission a découvert au moins 71 corps dans six fosses communes», a déclaré Abdoulaye Seydou, le président du Réseau panafricain pour la paix, la démocratie et le développement, qui a participé à l’enquête.

« Ce sont des éléments des Forces de défense et de sécurité (FDS) qui sont responsables de ces exécutions sommaires et extrajudiciaires », a-t-il ajouté.

Mais M. Seydou a déclaré qu’il n’était pas possible de dire si les plus hauts niveaux de l’armée étaient responsables.

Il n’y a pas eu de réponse à la réclamation des autorités nigériennes.

Laisser un commentaire