81 / 100

Google veut lutter contre le phénomène d’extorsion en ligne. En modifiant ses algorithmes, les sites diffamatoires créés pour soutirer de l’argent aux victimes ne vont plus apparaître dans les résultats du moteur de recherche.

Google modifie ses algorithmes 

Google a décidé d’intervenir sur les résultats donnés par son moteur de recherche en modifiant ses algorithmes, rapporte CNet.

Il s’agit pour le géant américain de mieux contrôler la diffusion de contenus nuisibles.

En ligne de mire : la lutte contre le phénomène d’extorsion en ligne et la présence dans les résultats de recherche de sites diffamatoires.

A lire aussi

Des personnes malintentionnées mettent en ligne des sites Internet qui comportent des allégations contre des personnes traitées de tricheurs, prédateurs sexuels voire pédophiles.

Grâce à un bon traitement SEO (Search Engine Optimization), quand on tape le nom de la victime, le site fallacieux remonte parmi les premiers résultats.

Pour éviter cela, une seule solution est offerte aux personnes ciblées : payer pour le retrait du site.

Lutter contre les arnaques

L’IA va détecter tous les sites frauduleux en lien avec un nom Alerté sur ces agissements frauduleux, Google contre-attaque.

Ainsi, l’entreprise américaine a créé une liste de « victimes connues ».

A lire aussi

Elle contient le nom des personnes qui ont déclaré être la cible de sites diffamatoires.

Pour ces victimes, il y aura une mesure de protection qui va permettre d’écarter des sites similaires apparaissant quand on tape leur nom.

Cela est rendu possible grâce à une intelligence artificielle (IA).

Informations considérées comme obsolètes

« Au fil des ans, notre approche de l’amélioration des problèmes de qualité dans le classement des recherches a été cohérente : nous ne cherchons pas à ‘réparer’ les requêtes individuelles, mais nous prenons ces exemples et cherchons des moyens d’apporter des améliorations algorithmiques générales », a commenté le vice-président de Google, Pandu Nayak.

Google a dû se résoudre à modifier ses résultats de recherche depuis 2014, quand l’Union européenne s’est inquiétée du « droit à l’oubli ».

A lire aussi

Depuis ce temps, n’importe quel citoyen européen qui considère qu’un site publie des informations considérées comme obsolètes, non pertinentes ou non conformes à l’intérêt public, peut demander à Google de supprimer les données personnelles les concernant dans les résultats de recherche.

Laisser un commentaire