Capture d'écran d'une vidéo de l'arrestation de Sergueï Fourgal, le 9 juillet 2020. Investigative Committee
Capture d'écran d'une vidéo de l'arrestation de Sergueï Fourgal, le 9 juillet 2020. Investigative Committee

Sergueï Fourgal est accusé du meurtre de trois entrepreneurs au début des années 2000. Le gouverneur de la région extrême-orientale du Kharbarovsk avait battu en 2018 le candidat du parti au pouvoir. Pour sa formation politique, le parti nationaliste LDPR, il ne fait aucun doute que cette arrestation est une « affaire politique ».

Sur les images diffusées par les autorités russes, Sergueï Fourgal est interpellé alors qu’il se trouve dans sa voiture. Plusieurs hommes masqués et en treillis militaire le menottent avant de le faire monter dans leur propre véhicule.

Le gouverneur de Khabarovsk est accusé d’avoir commandité le meurtre de trois hommes d’affaires au début des années 2000. A l’époque, lui-même était entrepreneur, et n’avait pas encore entamé sa carrière politique.

Quatre autres suspects ont également été arrêtés dans la même affaire, selon le Comité d’enquête russe. Dans la journée, on apprenait que le gouverneur de Khabarovsk avait été transféré à Moscou. Interrogé sur les faits qui lui sont reprochés, le porte-parole du Kremlin a refusé tout commentaire.

La victoire électorale de 2018

Dans la presse russe, de nombreux observateurs estiment que cette arrestation pourrait être liée à la victoire dans les urnes de Sergueï Fourgal à l’automne 2018.

Sous l’étiquette du parti nationaliste LDPR, il s’empare alors de la région de Khabarovsk, située dans l’Extrême-Orient russe, en battant le candidat du parti au pouvoir.

Un camouflet pour Russie Unie, qui essuie alors plusieurs défaites lors de ce scrutin local, et un échec, par ricochet, pour le Kremlin.

Gouverneur arrêté en Russie pour un triple meurtre

Pour le patron du LDPR, le tonitruant Vladimir Jirinovksi, cela ne fait aucun doute : cette arrestation est une affaire politique.

A lire aussi  Installation du nouveau Gouverneur de la région de Matam (nord)

Plutôt conciliant en temps normal à l’égard des autorités russes et de Vladimir Poutine, le LDPR menace à présent de quitter le Parlement.

« Le monde entier saura quel bazar il y a en Russie », a déclaré, furieux, Vladimir Jirinovski.

Laisser un commentaire