Kirghizistan le populiste Sadyr Japarov remporte largement l'élection présidentielle
Kirghizistan le populiste Sadyr Japarov remporte largement l'élection présidentielle

Le candidat Sadyr Japarov et son épouse Aigul après avoir glissé leur bulletin de vote dans l’urne, le 10 janvier, dans un bureau de vote de Bichkek.

Kirghizistan le populiste Sadyr Japarov remporte largement l'élection présidentielle
Kirghizistan le populiste Sadyr Japarov remporte largement l’élection présidentielle

Le favori du scrutin au Kirghizistan, Sadyr Japarov, aurait largement remporté l’élection au premier tour, avec près de 80% des suffrages.

Quant au référendum qui se tenait en même temps, et posait la question de la restauration du régime présidentiel, le « Oui » l’aurait emporté avec environ 84% des votes.

C’était une présidentielle anticipée, après la démission forcée en octobre dernier de Soorobay Jeenbekov, troisième chef de l’État de cette ex-république soviétique d’Asie centrale à être renversé en quinze ans.

Kirghizistan: le populiste Sadyr Japarov remporte largement l’élection présidentielle

C’est une immense victoire pour Sadyr Japarov, avec 78% des suffrages récoltés au premier tour selon le décompte électronique des votes. Le décompte manuel de ceux-ci pourrait être annoncé plus tard.

L’OSCE [Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe], elle, a critiqué une élection présidentielle sans « conditions équitables ».

La victoire de ce politicien de 52 ans est double puisque le « Oui » l’a emporté à 84% dans le référendum qui s’est tenu en même temps et qu’il a imposé pour restaurer le régime présidentiel, dix ans après l’avoir abandonné. Seule ombre au tableau de Sadyr Japarov, le faible taux de participation de 39%.

Prise de pouvoir contestée

C’est un handicap pour lui alors que le principal enjeu du scrutin de ce dimanche était de faire légitimer par les 6 millions de Kirghizes sa prise de pouvoir voilà trois mois. Une prise de pouvoir pour le moins contestée, entre mépris des règles constitutionnelles et pressions et menaces exercées contre les députés.

Cela aurait aussi été une façon de faire oublier que Sadyr Japarov était en prison jusqu’aux événements d’octobre, celui-ci ayant fait enlever un gouverneur de région dans le cadre d’une action que le président désormais élu avait lancé pour faire nationaliser la plus grosse mine d’or du pays.

► À lire aussi :
Présidentielle au Kirghizistan: Sadyr Japarov, un revenant largement favori

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here