La tolérance religieuse « n’est jamais acquise », a soutenu vendredi à Dakar le diplomate français Jean-Christophe Peaucelle, appelant à veiller sur la convivialité inter-religieuse au Sénégal.

« La tolérance religieuse n’est jamais acquise. Il faut veiller sur la convivialité interreligieuse comme sur un trésor », a-t-il dit dans un entretien avec des journalistes sénégalais.

Selon l’ambassadeur et conseiller pour les Affaires religieuses au ministère français des Affaires étrangères, le Sénégal peut se prévaloir d’une  » assez exemplaire » coexistence entre les religions.

« On peut dire du Sénégal comme au Liban (qu’il y a) des formes de convivialités entre les religions », a souligné le diplomate français, ancien ambassadeur dans plusieurs pays du Moyen-Orient et en Turquie.

Pour Jean-Christophe Peaucelle, « dans la diversité de l’islam, le soufisme apporte une richesse spirituelle ».

Il affirme que « l’extrémisme nourrit l’islamophobie », en préconisant que ce « cercle vicieux » soit cassé en misant sur l’éducation, la lutte contre la pauvreté et le dialogue interreligieux.

« L’islam est à la croisée des chemins. L’islam a des difficultés de trouver le chemin vers la modernité », a soutenu le conseiller pour les Affaires religieuses au ministère français des Affaires étrangères.

Laisser un commentaire