Le Conseil de Paris a adopté un « vœu » mardi 12 décembre, visant à créer un « Observatoire international des maires en danger », citant notamment en Afrique des maires ou des élus locaux de Madagascar, du Bénin, du Niger… Et plus particulièrement le maire de la capitale sénégalaise, cité nommément.

Nous nous sommes aperçus qu’il y a un certain nombre de maires qui sont poursuivis en justice, non pas pour les faits qui leur sont reprochés, mais en vertu de la position politique qu’ils occupent en tant qu’édile, en tant qu’élu local, en tant que maire.

Et évidemment, nous suivons attentivement la situation de Khalifa Sall que nous connaissons bien à Paris (…).

Ou plutôt la dégradation de sa situation et la manière dont on veut le juger, avec une certaine précipitation, prouve que la poursuite à son encontre n’est pas naturelle.

Laisser un commentaire