Des élections législatives se tiennent ce mardi 9 avril en Israël. Les électeurs doivent désigner leurs représentants à la Knesset, l’unique chambre du Parlement national. Et deux candidats font office de favoris pour le poste de Premier ministre : le chef du gouvernement sortant, Benyamin Netanyahu, candidat à un cinquième mandat, et qui pourrait devenir le Premier ministre à la plus grande longévité du pays, et Benny Gantz, un ancien chef d’état-major, novice en politique, mais au coude-à-coude avec Benyamin Netanyahu dans les sondages.

Son premier geste politique fut d’apporter son soutien aux Druzes blessés par le vote de la controversée loi État-Nation en juillet dernier. Ce texte ne reconnaît le droit à l’autodétermination qu’aux juifs. Et Benny Gantz, lui, se pose en rassembleur de la société israélienne.

« La bataille entre la gauche et la droite nous divise. Les tensions entre juifs et non-juifs nous menacent. La politique est immonde et la sphère publique est devenue toxique », lance-t-il à ses sympathisants.

Face à un Premier ministre présent dans le paysage politique depuis plus de vingt ans et impliqué dans des affaires de corruption, il représente un renouveau salutaire pour certains électeurs.

« Nous avons besoin de quelqu’un de nouveau. Beaucoup de gens en Israël, même s’ils soutiennent le Likoud, ne veulent pas que Netanyahu soit une nouvelle fois Premier ministre », assure Uzi Rotem, qui a parcouru plus d’une centaine de kilomètres pour venir assister au premier rassemblement de campagne de l’ex-général.

Benny Gantz s’est allié à deux autres anciens chefs d’état-major pour tenter de faire tomber un Premier ministre qui se présente comme le seul capable d’assurer la sécurité du pays. Mais ils n’ont pas su jouer de leur expérience, estime Eyal Arad, ex-conseiller politique de plusieurs candidats de droite et du centre.

« Contrairement aux précédents candidats du centre-gauche, ils réussissent le test de passage sur la sécurité. Ce qui est toujours un problème pour le centre-gauche. Mais ils n’ont pas tiré profit de cette occasion pour présenter une alternative aux politiques sécuritaires de Netanyahu », souligne-t-il.

Au cours de sa campagne, Benny Gantz a réussi à démontrer une stature d’homme d’État, mais il a échoué à marquer de vraies différences de programme par rapport à Benyamin Netanyahu.

Publicités

Laisser un commentaire