Explosion de la vente en ligne + augmentation des terminaux nomades = stratégie de m-commerce nécessaire ! Le constat est clairement posé : les Belges sont adeptes des achats en ligne !

A lire aussi: Communication de groupe et communication de masse, quelles différences ?

Le chiffre d’affaire de la vente en ligne avoisinait les 1,9 milliards d’euros, dans notre pays, en 2013, il est passé à 2,1 milliards sur le premier trimestre de 2015(1) et es estimations de BeCommerce, l’association belge des entreprises actives dans la vente à distance, font état d’un chiffre d’affaires supérieur à sept milliards d’euros pour 2015(1).

 

Dans le même temps, les ventes de tablettes (+70%) et de smartphones (+15%) ont encore bondi en 2013 alors que les GSM dits classiques et les PC voient leurs ventes en nette déclin.

L’addition de ces deux réalités ne peut amener qu’à une seule conclusion :

Le commerce mobile est en pleine ascension, il est fondamental pour toute organisation qui vend des biens ou des services de s’engager rapidement dans cette voie.

Ainsi que le souligne justement le site e-marketing :

Les entreprises doivent développer leur m-commerce ! 1

« Le mobile devient un compagnon d’achat du consommateur »(2) et de nombreux dirigeants de sociétés de commerce en ligne l’on compris.

En Belgique, près de 60% des commerces en ligne proposent déjà des interfaces mobiles et d’autres devraient venir s’y ajouter dans les mois à venir.

Conséquence :

Le chiffre d’affaire du m-commerce s’envole dans notre pays, il est passé de 56 millions d’euros, en 2011, à 168 millions d’euros, en 2012(3). Triplé ! Et les chiffres progresseront encore dans les mois à venir…

Dans sa conférence « Stratégie mobile :

A lire aussi: Regard et visage: Un des maillons essentiels de la communication non verbale

Pourquoi et comment se lancer ? », donnée dans le cadre du salon Objectif Com, le 18 mars dernier, à Charleroi, Simon-Pierre Breuls, Marketing Directeur chez Universem, donne ce chiffre éloquent : 83% des consommateurs qui font une recherche via leur smartphone ou leur tablette passent à l’action ensuite, c’est à dire qu’ils posent un acte d’achat ou de consommation.

Le développement du paiement mobile – + 75% en 2013(4) – et sa sécurisation modifient fondamentalement les pratiques commerciales. Le mobile n’est pas l’avenir du commerce, il est le présent du commerce !

La question de la pertinence du m-commerce ne doit même plus se poser, non celle qui doit se poser désormais c’est la question de la stratégie à appliquer en matière de commerce mobile.

Ces derniers chiffres devraient convaincre les éventuels derniers sceptiques :

Aujourd’hui, en Belgique, 16,8% du trafic internet se fait via un terminal nom de, tablette ou smartphone.

Ce trafic n’était que de un pour cent à la fin de l’année 2010, en un peu plus de trois ans, il a été multiplié par seize… et encore l’augmentation est fortement sensible depuis la fin 2012.

Les entreprises doivent développer leur m-commerce ! 2On peut conclure par cette évidence qu’aujourd’hui chaque entreprise se doit soit de développer une application mobile, soit au minimum d’adapter son site internet aux terminaux nomades.

Si cette seconde alternative est assurément moins onéreuse à mettre en place, la première est un réel investissement à long terme qu’il s’agit d’envisager en la couplant à une réelle stratégie de marketing et de communication mobile.

A lire aussi: Les planètes de la communication orale
——-
(1) Les Belges ont acheté pour 2,1 milliards d’euros en ligne au premier trimestre, on datanews.levif.be, consulté le 9 juin 2015
(2) Guernalec, Florence, Le mobile devient un compagnon d’achat du consommateur, on e-marketing.fr, 19 février 2014
(3) Belga, Les ventes du m-commerce ont triplé en Belgique en 2012, on trends.levif.be, 17 septembre 2013
(4) Chloé, Stratégie m-commerce : site web mobile optimisé ou application mobile pour sa marque, on emploi-e-commerce.com, 24 juin 2013
(5) Source : www.powerretail.com 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here