Lucas Tousart (Icon Sport)
Lucas Tousart (Icon Sport)

Au lendemain de la désillusion vécue en Ligue Europa face au CSKA Moscou, l’Olympique Lyonnais a déjà entamé sa rédemption. C’est en tout cas le message transmis ce vendredi par Bruno Genesio et Lucas Tousart à 48 heures d’un déplacement périlleux à Marseille.

Dirigeants, joueurs, staff technique, supporters, … Tout l’Olympique Lyonnais, ses salariés et l’entourage global rêvaient déjà de disputer la finale de la Ligue Europa sur la pelouse du Groupama Stadium le 16 mai prochain.

Malheureusement pour les Gones, c’est justement sur cette pelouse que le CSKA Moscou est venu brutalement ramener Anthony Lopes et ses coéquipiers sur terre, éliminés dès les huitièmes de finale de l’épreuve (0-1, 2-3). Et la plaie est encore béante qu’il faut vite remonter en selle, car un déplacement déterminant se dessine dimanche, à Marseille, pour le compte de la 30e journée de Ligue 1.

L’OL parviendra-t-il à se relever aussi vite d’une telle désillusion ?

« Les joueurs sont capables, comme on l’a fait contre Monaco, à Nice ou Saint-Etienne, de faire des grands matches. J’espère que le match de jeudi sera une leçon pour les neufs rencontres qui restent, et surtout pour le match de dimanche, prévient Bruno Genesio. On sait que c’est une opposition très forte qui nous attend, mais on sait aussi qu’on a les moyens de se surpasser, de se transcender pour les vaincre ». L’heure est donc à la remobilisation entre Rhône et Saône, même si Lucas Tousart concède qu’il y a beaucoup à faire. « Contre Moscou, on a eu des problèmes d’état d’esprit. Le coach avait donné beaucoup de consignes, notamment en première période, et on ne les a pas respectées. On paye nos excès d’individualisme et nos erreurs défensives », résume le milieu de terrain défensif.

En effet, ça fait beaucoup à rectifier en l’espace de trois jours… « On a déjà commencé à parler pour faire avancer les choses, on va continuer, renchérit-il. Mais il y a des langues différentes dans le vestiaire, c’est parfois difficile de se faire comprendre et de comprendre les autres. On a un souci de communication. Déjà, sur le terrain, on ne parle pas assez. On veut vraiment créer un électro-choc avant d’aller à Marseille. Je ne dirais pas qu’on joue notre saison là-bas, mais c’est un match charnière, quoi qu’il se passe à Marseille ».

Les propos traduisent une réelle volonté de faire oublier la honte de l’élimination en réalisant un gros coup au Vélodrome dimanche soir.

« Si dimanche soir on joue tous ensemble, unis, en équipe, solidaires, je ne me fais pas de souci pour aller chercher un résultat », conclut Lucas Tousart, flirtant à la frontière entre l’arrogance et l’ambition. Après les mots, place aux actes donc…

Laisser un commentaire