McDonald’s … Le géant américain vient de lancer son dispositif de recyclage des huiles de friture en biocarburant en Inde. Un procédé qui permet de réduire les émissions de dioxyde de carbone mais qui peine à s’imposer en France.

Comme le proclame McDonald’s, c’est « un process bien huilé ». Le géant américain de la restauration rapide est devenu en Inde la première entreprise alimentaire à recycler son huile de friture usagée en biodiesel pour faire rouler ses camions de livraison. Lancé l’an dernier à Mumbai, ce programme écologique couvre désormais 85 restaurants McDonald’s dans le pays.  

Au total, plus de 35.000 litres d’huile de cuisson sont convertis chaque mois en biocarburant. Ce qui permettrait d’économiser plus de 420.000 litres de pétrole brut chaque année.

« Ce n’est que le début et nous continuerons à défendre la protection de l’environnement dans les années à venir », a indiqué Amit Jatia, vice-président de Westlife Development, société-mère de HRPL, le maître franchisé de McDonald’s en Inde.

Cette pratique a également été saluée par le président de la Biodiesel Association of India, Sandeep Chaturvedi, qui encourage « toutes les entreprises alimentaires à tirer parti de cette initiative et à l’appliquer à leur propre modèle économique ».

Les émissions polluantes réduites de 10 à 50%

Dans le détail, McDonald’s explique sur son site internet que les huiles de friture sont changées tous les quatre à cinq jours en moyenne avant d’être « stockées en restaurant puis collectées et filtrées ». Elles sont ensuite nettoyées « puis transformées en ester méthylique d’huile végétale, appelé aussi biodiesel ».

McDonald's - Comment McDonald's transforme son huile de friture en biocarburant
McDonald’s – Comment McDonald’s transforme son huile de friture en biocarburant

McDonald’s pointe la performance écologique du biocarburant dont l’utilisation « diminue de 10 à 50% les émissions polluantes en combustion et en carburation, selon les installations utilisées et le mélange ».

Il est en outre « biodégradable à 95% en 28 jours ». « En moyenne, le traitement des huiles coûte entre 10 et 20 euros par mois par restaurant », souligne également Marie-Hélène Brard, ingénieur Achats-Qualité chez McDonald’s.

Un développement tardif en France (McDonald’s)

En France, McDonald’s collecte aussi son huile usagée. Une fois nettoyée, elle est acheminée en Allemagne pour être transformée par l’entreprise Vital Fettrecycling. Grâce aux huiles de McDonald’s France, « un camion consommant 33 litres de biodiesel aux 100 kilomètres pourrait parcourir 19,5 millions de kilomètres », affirme le PDG de la société allemande.

Si les huiles sont envoyées en Allemagne, c’est parce que la réglementation française en la matière reste stricte.

17 camions circulant avec du biocarburant issu de l’huile de friture ont effectivement été expérimentés pendant cinq ans en Ile-de-France, rappelle La Tribune, mais le test a été interrompu « faute de reconnaissance de ces véhicules par l’administration fiscale ».

Désormais, McDonald’s attend un coup de pouce des pouvoirs publics pour développer davantage le biodiesel dans l’Hexagone.

Au Royaume-Uni, les camions de livraison fonctionnant au biodiesel circulent, eux, depuis dix ans.

Cette pratique aurait permis à McDonald’s de réduire de 7000 tonnes ses émissions de dioxyde de carbone.

À l’échelle mondiale, le groupe espère diminuer ses émissions de gaz à effet de serre liées à ses restaurants de 36% d’ici 2030.

Laisser un commentaire