Misaal retrouve la scène musicale après dix ans d’absence

0
7
Misaal-groupe-musique
Misaal-groupe-musique
83 / 100

Après dix ans d’absence, le Misaal retrouve la scène musicale. Misaal est de retour ! La bande à Ousmane Wade, Samba Laobé Ndiaye, Racine Ly, Woz Kaly, Omar Bâ, Tinka Cissé, Papis Diongue, Ndakhté Ndiaye… se reconstitue à nouveau, après l’album «Kalama» sorti en 2009 précédé d’une longue période de disette musicale.

Misaal retrouve la scène musicale après 10 ans d’absence

À l’affiche de l’édition 2021 du Festival de jazz de Saint-Louis, le groupe Misaal de Dakar se recompose donc… pour de bon, rassure le pianiste Ousmane Wade. Des dates et un nouvel album sont annoncés pour reconquérir le cœur des mélomanes.

Cette fois-ci, c’est pour de bon ! Les yeux dans les yeux, le musicien Ousmane Wade, pianiste, rassure les mélomanes que lui et ses potes du groupe Misaal de la Patte d’Oie de Dakar sont bien de retour sur la scène musicale sénégalaise.

Les fans n’attendent pas plus que ce come-back de l’orchestre qui, de 1988 à 2000, a fait le bonheur des jeunes gens férus d’acoustique, soul, folk, etc. Le Misaal, spécialiste des fusions musicales, pendant une bonne dizaine d’années, leur changeait du mbalax pur dominant ces années-là dans le show-biz local.

L’aventure d’une bande d’amis, voire de «frères» d’un quartier dakarois, ponctuée par deux albums cultes sortis en 1995 et en 1998, puisés dans les traditions de toutes les ethnies du pays et rythmés par des styles divers.

Puis, silence radio.

C’est la dispersion aux quatre coins du monde des jeunes musiciens du Misaal à partir des années 2000. L’essentiel du groupe dakarois s’est exilé hors du Sénégal. Ce n’est qu’en 2007 que s’est opérée la magie des retrouvailles avec une première série de spectacles à Dakar.

Puis, en 2009, presque tout le groupe Misaal a débarqué au pays avec l’album «Kalama» (la plume, en wolof), concocté sous la coupe de Samba Laobé Ndiaye, le directeur artistique et musical de l’orchestre de la Patte d’Oie. Un produit qui embrasse tous les styles musicaux pratiqués au Sénégal, à savoir le mbalax, l’afro, des rythmes sérères, peules…

«Une somme d’expériences que l’on a vécues tant avec le Misaal qu’avec les autres artistes locaux et internationaux que les membres du groupe ont eu à fréquenter. Il est très diversifié et s’inscrit dans le cadre de ce que l’on avait entamé depuis la création du groupe», expliquait Samba Laobé Ndiaye.

Déjà, cette année-là, Ousmane Wade confirmait l’engagement de ses potes musiciens : «On ne doit pas retomber dans l’inactivité concernant la carrière du groupe».

UN DERNIER COME-BACK ?

En ce mois de juin 2021, par l’entregent d’un promoteur qui les a fait venir au festival de Jazz de Saint-Louis, la semaine dernière, le groupe Misaal compte reprendre sa place parmi les orchestres du pays.

«Nous sommes bien au Sénégal. Cinq des huit membres du Misaal sont là et notre retour sera marqué par cette prestation à la clôture du festival de jazz de Saint-Louis. Après cela, nous animerons d’autres spectacles à Dakar (hier, vendredi déjà), à Saly et Thiès, jusqu’en juillet, en contrat avec notre promoteur…», rassure Ousmane Wade, rencontré la semaine dernière dans les locaux du «Soleil».

«Nous espérons partager à nouveaux de bons moments avec les mélomanes. Ces spectacles seront l’occasion de promouvoir notre dernier album «Kalama».

Nous n’avions pas eu le temps d’assurer sa promotion, nous allons remettre au goût du jour les morceaux. Nous avons un nouveau public à conquérir.

Il y a une génération de mélomanes et de Sénégalais qui ne connaissent pas le groupe Misaal…», justifie Ousmane Wade, déterminé.

ESPRIT ET IDENTITÉ…

Selon le pianiste, si des gens réclament incessamment le retour du Misaal, il rappelle que lui-même, ainsi que le chanteur Woz Kaly, comme le guitariste Samba Laobé Ndiaye, sont bien présents sur la scène musicale sénégalaise de manière continue ces dernières années.

Si Ousmane Wade a collaboré avec le Super Diamono de Oumar Pène, «sa deuxième famille musicale» qu’il côtoie depuis le début des années 1990, ou avec Souleymane Faye, entre autres, Woz Kaly, lui, revenu définitivement sur la scène dakaroise depuis ces derniers temps, nous a habitués à ses singles et ses spectacles dans des clubs de la place.

A lire aussi

D’ailleurs, dans une interview publiée au «Soleil», Woz, le lead-vocal du groupe, nous confiait que «l’esprit du Misaal est là. Juste que les membres ne sont pas ensemble en ce moment. Mais nous sommes tous des Misaal, on est là, on se capte, on se parle au téléphone…».

À la suite de Kaly, le guitariste Samba Laobé Ndiaye également lors d’un séjour à Dakar, avec un album solo dans ses bagages, rassurait que pour «le prochain album de Misaal, nous nous concertons pour voir quel sera le moment propice pour se regrouper et faire quelque chose dans ce sens…».

Samba Laobé précisait d’ailleurs que le groupe Misaal, c’est comme «une identité. C’est collé à notre peau…». Le guitariste prédisait déjà en 2009 que le Misaal, «c’est une aventure que l’on a entamée il y a une vingtaine d’années et on savait qu’on allait repartir sur les routes».

L’alchimie ne fait que se recréer donc avec ce retour définitif sur la scène du Misaal et les projets communs en gestation. Ousmane Wade et ses camarades préparent justement un nouvel album et sont en train de réfléchir, à terme, sur des projets de société.

Comme lancer une plateforme avec pour mission de participer à l’employabilité des jeunes dans des domaines d’activités variés.

«Nous avons un pays jeune et cette jeunesse manque souvent de perspectives. À travers cette plateforme, nous essaierons de trouver des Sénégalais qui, souvent, vivent à l’extérieur du pays et pourront former les jeunes dans leurs domaines de prédilection. Une manière pour les musiciens du groupe Misaal de joindre l’utile à l’agréable…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here