L’Etat du Sénégal doit prendre « ses responsabilités pour un fonctionnement intégral, régulier et rapide du système judiciaire sénégalais » paralysé par la grève qui la secoue depuis quelques mois, le syndicat gréviste devant de son côté adopter une stratégie de nature à renforcer la crédibilité du mouvement syndical et la préservation des intérêts des populations, estime l’ONG AHDIS.

Dans une déclaration parvenue à l’APS, Action humaine pour le développement intégré au Sénégal (AHDIS) demande à l’Etat « de prendre ses responsabilités pour un fonctionnement intégral, régulier et rapide du système judiciaire sénégalais en paralysie », suite à la grève conduite depuis plusieurs mois par le Syndicat des travailleurs de la justice (SYTJUST).

Elle appelle également les pouvoirs publics à « repenser le mécanisme actuel de prise en charge rapide et de gestion des crises syndicales en rapport avec le ministère en charge du Travail, le ministère en charge de la Fonction publique, le Haut Conseil du Dialogue Social et les ministères techniques dont les secteurs seront concernés », les centrales syndicales pouvant « jouer un rôle important dans la formulation de propositions d’un nouveau mécanisme ».

De même demande-t-elle à l’Etat de « faciliter la mise en place d’une commission (ministère en charge de la Fonction publique, ministère en charge du Travail, ministère en charge de la Justice, Haut Conseil du Dialogue Social (HCDS), Centrale syndicale d’affiliation – UNSAS -, Société civile…) qui aura en charge la relecture de certains textes dont les contenus font l’objet de revendications du syndicat en proposant des contenus réalisables et sérieux qui soient en faveur des intérêts du Justiciable (le citoyen et l’entreprise) ».

A lire aussi  Prisons: les blocages reprennent au onzième jour du mouvement

Au SYTJUST, l’ONG AHDIS suggère « d’adopter une stratégie de lutte qui prenne en compte le renforcement de la crédibilité du mouvement syndical sénégalais et la préservation des intérêts des populations démunies et des entreprises durant cette période difficile ».

Pour AHDIS, ce syndicat doit également « accepter le principe de mise en place d’une commission de dialogue, de relecture et de propositions de textes en prenant part aux travaux de celle-ci pour une sortie rapide de crise ».

Les grévistes seraient également bien inspirés de « lever le mot d’ordre pour une trêve syndicale studieuse permettant un bon déroulement des travaux de la commission. Ceci pourrait aussi susciter une réflexion assez riche au niveau de la base pour consolider ses acquis ».

Mouvement du SYTJUST

« Nous appelons les autres syndicats de la justice à se joindre à toutes les forces institutionnelles, collectives et individuelles qui mènent la médiation pour la reprise des activités des greffes mais plus encore pour un système judiciaire renforcé et au service exclusif du développement économique et social du Sénégal », peut-on lire dans cette déclaration.

Parlant de cette grève déclenchée il y a plusieurs mois par la SYTJUST, pour demander l’application d’accords déjà signés avec le gouvernement, l’ONG AHDIS fait remarquer que ce mouvement a été lancé « au moment où les Sénégalais venaient de finir trois (3) mois de confinement sans activités judiciaires », ce qui a contribué à prolonger « la privation des justiciables d’actes essentiels dans leur vie de tous les jours ».

S’y ajoute que le mouvement « prive également plusieurs entreprises de décisions du juge pour le bon déroulement de leurs activités et en général pour le Développement du pays ».

Compte tenu de « cette période pénible (…) » relative à la COVID 19, elle estime que « toutes les forces vives de ce pays devraient au moins observer une trêve pour tout mouvement qui pourrait provoquer un ralentissement de la Fonction publique et de celle privée pour la relance de notre économie et la reconstitution de notre tissu social affaibli ».

« C’est un moment durant lequel les populations (dans leur majorité) ont besoin d’être accompagnées pour sortir des lourds effets de la pandémie dans leurs activités quotidiennes, y compris celles les menant auprès des juridictions de ce pays », ajoute-t-elle.

A lire aussi  Coupe du monde : un mouvement de foule à Nice fait 30 blessés légers

« Quoique contenant des points légitimes (syndicat), la plateforme revendicative, dans certains de ses aspects, appelle sérieusement à des discussions pour sauver le modèle d’administration cohérent et équitable dans la répartition des rôles dont le pays dispose », relève l’ONG AHDIS.

Le Syndicat des travailleurs de la justice réclame notamment la publication de décrets prévoyant de nouveaux coûts dans les frais de justice, pour alimenter le fonds commun des greffes. Les décrets prévoient également la création de nouveaux corps chez les travailleurs de la justice.

Laisser un commentaire