Neuf morts au Yémen dont un journaliste, dans un bombardement rebelle

0
367

Des roquettes tirées par des rebelles Houthis ont tué lundi neuf personnes, dont un journaliste, une femme et un enfant, dans la province de Taëz, au sud-ouest du Yémen, a déclaré un responsable gouvernemental.

Un barrage de six roquettes s’est abattu lors de l’inauguration d’un complexe de sécurité, tuant quatre soldats en plus de cinq civils, a dit ce responsable à l’AFP.

Les roquettes sont tombées sur la localité de Nashma, près de la ville de Taëz, dans la province du même nom.

Etaient présents le vice-ministre de l’Intérieur du gouvernement du Yémen internationalement reconnu, ainsi que des dizaines de résidents locaux.

La chaîne de télévision yéménite Belqees TV a confirmé la mort de son cameraman Mohammed al-Qudsi dans un communiqué sur son site web. Elle a dénoncé « le bombardement des Houthis ».

Taëz, troisième ville du Yémen, est en grande partie contrôlée par des forces anti-Houthis, mais de nombreux secteurs dans les environs restent aux mains des rebelles.

Le Yémen est en guerre depuis plus de trois ans.

Le gouvernement a été chassé en septembre 2014 de la capitale Sanaa par les Houthis, soutenus par l’Iran, ce qui a entraîné en mars 2015 l’intervention d’une coalition sous commandement saoudien.

Cette intervention n’a pas permis à ce jour aux forces loyalistes de reconquérir de vastes territoires toujours contrôlés par les rebelles.

La guerre a fait plus de 9.200 morts et près de 53.000 blessés depuis mars 2015. Selon l’ONU, le Yémen est le théâtre de « la pire crise humanitaire du monde ».

Laisser un commentaire