Les jeunes appelés à s’intéresser davantage à la neurologie

0
42

Neurologie , la spécialité médicale clinique qui étudie l’ensemble des maladies du système nerveux et en particulier du cerveau.

Le docteur Allé Thiam, professeur agrégé en neurologie, a exprimé jeudi à Dakar son souhait de voir les jeunes s’intéresser davantage à ce domaine afin d’assurer une bonne relève.

Neurologie_
Neurologie_

’’La neurologie reste une technique irremplaçable que les jeunes ne veulent pas affronter. Raison pour laquelle, mon souhait est de les voir s’y intéresser en vue de prendre la relève’’, a-t-il déclaré.

Pr Thiam s’adressait à des journalistes à l’issue de la cérémonie d’ouverture de la 3ème édition des journées de la neurologie, dont il est le parrain.

’’Neurologie pédiatrique en Afrique : défis et perspectives’’ est le thème de l’édition 2020 de cette rencontre à l’initiative de la Faculté de médecine, de pharmacie et d’odontologie de l’Univeristé Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD).

’’Je me suis battu pour que les jeunes prennent la relève dans le domaine de neuropathologie, malheureusement, mon plus grand regret est de savoir qu’ils ne s’intéressent pas à ce domaine, pour me remplacer’’, a-t-il déploré.

Neurologie, un domaine sans relève au Sénégal

La neuropathologie, une technique étudiant le tissu malade, reste, selon lui, incontournable dans certaines situations. ‘’Voilà pourquoi, on ne peut pas s’en passer’’, a-t-il précisé.

A lire aussi : Médecine douce: Les vertus santé de la citronnelle

’’La meilleure façon d’intéresser les jeunes à venir dans ce domaine, c’est de les intégrer dans la neuropathologie, de donner des bourses conséquentes qui leur permettront de s’installer comme spécialistes dans ce domaine’’, a-t-il expliqué.

Les jeunes appelés à s’intéresser davantage à la neurologie
Les jeunes appelés à s’intéresser davantage à la neurologie

Il a réitéré son appel aux pouvoirs publiques à soutenir les jeunes pour embrasser ce domaine.

’’Il y a un déficit quasi structurel en neurologie et en neuro-pédiatrie. Il existe moins d’une dizaine des neuro-pédiatres dans toute l’Afrique Subsaharienne, raison pour laquelle ces journées sont axées sur ce thème’’, a pour sa part, indiqué, le président de l’Association sénégalaise de neurologie, Moustapha Ndiaye.

L’objectif poursuivi, a-t-il avancé, est de faire non seulement des enseignements de haut niveau sur des thématiques propres à la neurologie pédiatrique, mais aussi discuter avec l’ensemble des participants des possibilités et de contour d’une formation en Afrique.

’’Nous en avons les moyens, l’ambition et espérons qu’au sortir de ces journées, les contours seront mieux précisés pour que la formation se fasse ici à Dakar’’, a-t-il insisté.

Laisser un commentaire