Le leader de PASTEF-Les patriotes (opposition), Ousmane Sonko, était ce vendredi dans les champs de ses partisans à Louga et à Kébémer dans le cadre de son appel à la jeunesse pour ’’un retour à l’agriculture’’.

’’C’était une visite de proximité, de supervision, de constatation de ce qui a été fait par les militants de PASTEF consécutivement à mon appel au retour à l’agriculture, dans le cadre du concept Vacances agricoles patriotiques (VAP). Le concept allie trois mots : vacances, agriculture et patriotisme’’, a-t-il déclaré à la fin de sa visite dans les champs du village de Keur samba dans le département de Louga.

Pour Ousmane Sonko, ’’c’est un gâchis de laisser tous ces jeunes qui sont en pleine possession de leurs moyens physiques et intellectuels inoccupés ou n’avoir comme occupation que des activités culturelles et sportives’’ pendant la période des vacances.

’’Et, c’est pour cela que nous avions lancé cet appel à cette jeunesse à se mobiliser et retourner vers l‘agriculture. L’agriculture est l’essence même ou la base de tout système économique. Même pour faire de l’industrie, vous avez besoin d’un secteur agricole performant parce que l’essentiel de ce qui est transformé y est prélevé’’, a-t-il dit.

’’Les champs que nous avons visités ont été une initiative spontanée. Les jeunes se sont cotisés et se sont organisés. Et cela s’est fait dans presque tous les départements du pays. C’est le sens du pacte et du contrat que nous voulions avoir avec eux. Le don de soi pour la patrie’’, a soutenu le leader du PASTEF.

Ousmane Sonko dans les champs

Il estime que ’’c’est le sacrifice que chacun de nous est prêt à consentir pour être sur les rails du progrès’’.

’’Nous voulons contractualiser dès maintenant avec cette jeunesse, les orienter vers des activités qui servent à leurs parents, à eux et à la population. Ce concept a été suivi largement par les jeunes et les femmes’’, s’est-il réjoui.

L’initiative des VAP est ’’à l’année zéro’’, selon le député, soulignant que la première année va démarrer en 2021.

’’Cette première phase s’étend sur trois ans. Nous allons tirer expérience de tout ce qui s’est passé cette année pour travailler les huit mois à venir afin de tout mettre en place en terme de matériel agricole, de semences et d’engrais pour multiplier par 10 les superficies qui ont été cultivées’’, a-t-il expliqué.

Il a évalué à près de 450 ha, les surfaces de riz, de maïs, de mil de sorgho, d’oseille et de pastèques cultivées par ses sympathisants à travers tout le pays.

A lire aussi  Ousmane Sonko pour des solutions urgentes aux problèmes de la brèche de Saint-Louis

’’Notre objectif est de pouvoir faire 2500 voire 4000 ha l’année prochaine’’, a-t-il déclaré, promettant de continuer avec les cultures de contre-saison.

’’Nous allons aussi lancer l’apiculture, la pisciculture et l’agriculture urbaine. Nous allons lancer ce concept et mettre en compétition les communes pour voir qui va faire plus et mieux’’, a-t-il promis.

Le leader du PASTEF a démarré sa tournée nationale dans la région de Louga, jeudi, à Darou Mousty (Kébémer). Il va poursuivre, ce samedi, ses visites à Saint-Louis.

Laisser un commentaire