81 / 100

Après le scandale de la tomate, c’est au tour de la pastèque marocaine d’inquiéter les agriculteurs espagnols.

Pastèque marocaine inquiète les agriculteurs espagnols

Les agriculteurs espagnols sont vent debout contre les exportations marocaines. Mercredi, la Fédération espagnole des associations de producteurs exportateurs de fruits et légumes (Fepex) a ainsi réitéré la «nécessité pour la Commission européenne d’appliquer les mesures de sauvegarde prévues dans l’accord d’association entre l’Union européenne et le Maroc afin d’atténuer les dommages causés aux producteurs communautaires du fait de la concurrence des productions marocaines».

A lire aussi

Dans un communiqué, elle rappelle que l’importation espagnole de pastèques marocaines de janvier à avril 2021 a augmenté de 3% en volume (18 015 tonnes) et de 27,5% en valeur (16,5 millions d’euros) par rapport à la même période de l’année précédente.

«Cela représente un prix moyen de 0,91 euros/kilo, tandis que la campagne s’est terminée à Almería avec des prix qui n’ont pas dépassé 0,40 euros/kg», ajoute la même source. Fepex a précisé que les importations espagnoles de pastèques marocaines entre 2016 et 2020 ont «augmenté de 132 % en volume et de 163 % en valeur», citant les données de la Direction des douanes et impôts spéciales, qui estime que «88 570 tonnes ont été importées, l’année dernière, pour 91,4 millions d’euros».

Les exportateurs espagnols ont ainsi souligné que les prix bas à Almería pour les pastèques et les melons pendant la campagne qui se déroule principalement entre mai et juin, sont dus à la «concurrence du Maroc».

Touchés par l’augmentation de la concurrence marocaine sur le marché espagnol

Fepex dénonce d’ailleurs la «concurrence directe avec la production marocaine, qui n’a aucune obligation de se conformer à la législation phytosanitaire, sociale et du travail qui existe sur le marché communautaire».

«La pastèque rejoint d’autres produits, comme la tomate, parmi les plus touchés par l’augmentation de la concurrence marocaine sur le marché espagnol, qui ne cesse de croître», critique-t-elle, en reconnaissant toutefois l’impact des conditions météorologiques défavorables en Europe pendant ces mois sur la pastèque.

A lire aussi

La semaine dernière, le Comité des organisations professionnelles agricoles de l’Union européenne (COPA) et le Comité général de la coopération agricole de l’Union européenne (COGECA) ont lancé une campagne contre les exportations marocaines.

Dans une lettre adressée au Commissaire européen au Commerce, Valdis Dombrovskis, les deux instances se sont dites préoccupées par les conséquences de l’accord Maroc-UE sur les fruits et légumes et en particulier la tomate.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here