La pharmacopée en danger à cause de la déforestation en Centrafrique

0
12
82 / 100

Centrafrique en eaux troubles. La pharmacopée en danger à cause de la déforestation. Cette médecine naturelle soigne des milliers de personnes et trouve sa source dans les forêts. La pharmacopée est une médecine à base de racines, feuilles et écorces d’arbres, menacée par la déforestation.

Pharmacopée en danger à cause de la déforestation (Centrafrique)

En Centrafrique, la région de Mbata est principalement une zone forestière, dans laquelle plusieurs milliers de personnes vivent surtout de l’agriculture et de la chasse.

Les habitants ne disposent pas d’assez de moyens pour se rendre dans les hôpitaux et dans les centres de santé, où les soins sont chers. Leurs traitements reposent donc sur la pharmacopée, une médecine à base des racines, des feuilles et des écorces d’arbres.

« Tous nos produits viennent de la forêt, nous sommes en danger, car ils ont tout détruit, les grands arbres comme des petits », explique Paul Mamba, chef du campement.

Dans cette région du sud de la Centrafrique, la déforestation, causée par les sociétés forestières, mais aussi clandestine, handicape les habitants de Mbata et de ses environs en détruisant les essences médicales.

Les sciages artisanaux sont à l’origine de la déforestation

Odyssin Okaboubka, spécialiste de la pharmacopée et maire de la commune, ne trouve plus des produits nécessaires pour soigner ses patients.

« Vous savez que la forêt regorge d’une pharmacie, avec les ressources que nous pouvons soutirer de la forêt, on peut avoir des médicaments, la forêt est la base de tout. Notre regret, c’est que les sociétés, nos parents, qui font les sciages artisanaux, sont à l’origine de la déforestation. »

La Thaïlande légalise le kratom, une plante aux effets stimulants
La Thaïlande légalise le kratom, une plante aux effets stimulants

Les habitants se plaignent également du fait que cette déforestation agit sur le changement climatique dans leur région. Les arbres leur permettant de s’abriter pendant qu’ils travaillent en extérieur.

« La conséquence sur la population, c’est la sécheresse, c’est le changement climatique, ce qui fait que ce n’est plus comme avant », dit Joseph De-Pesquinou, le responsable de la protection de l’environnement.

Le président ne cesse d’attirer l’attention des acteurs de la déforestation

Plusieurs manifestations ont déjà eu lieu contre l’exploitation forestière abusive et les habitants ne savent plus quoi faire.

Le gouvernement centrafricain célèbre chaque année une journée nationale de l’arbre pour la protection de l’environnement, des journées auxquelles le président est régulièrement présent et ne cesse d’attirer l’attention des acteurs de la déforestation.

RECOMMANDÉ POUR VOUS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here