Alors qu’il se rendait dans sa salle de classe, un professeur de l’Ecole polytechnique de Herstal a été imbibé d’un liquide de type essence mercredi. La victime, qui a été transportée à l’hôpital, n’a pas eu le temps d’identifier son agresseur, a-t-on appris auprès de la Direction générale de l’Enseignement provincial, qui confirme une information de Sudpresse et de RTL.

Mercredi matin, un ou plusieurs élèves de l’Ecole polytechnique de Herstal ont volontairement lancé un produit de type essence sur l’un des professeurs, qui leur tournait le dos au moment des faits. Il n’a donc pas eu l’opportunité d’identifier son ou ses agresseurs, dont on ignore encore dès lors le nombre.

Arrêt de travail

Directement après les faits, les enseignants de l’établissement ont décrété un arrêt de travail. La victime a, quant à elle, été prise en charge par un de ses collègues.

« Pour s’assurer qu’elle n’avait plus d’essence sur son corps, elle a pris une douche avant d’être emmenée aux urgences de l’hôpital le plus proche », raconte Joëlle Pivato, inspectrice à la Direction générale de l’Enseignement provincial.

« Son état de santé est plutôt positif. Le professeur a seulement le cuir chevelu et les yeux irrités. Il a reçu une incapacité de travail de quelques jours et sera également pris en charge par la Province. »

Cellule de crise

Plusieurs mesures ont par ailleurs été prises par la direction de l’établissement, qui a pris contact avec la cellule de soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles et la direction du centre PMS.

Une cellule de crise sera mise en place jeudi au sein de l’Ecole herstalienne pour soutenir les professeurs et les élèves qui auraient été touchés par cette attaque.

Même si l’agresseur n’a pas encore été identifié, la victime ainsi que la direction et le collège provincial de Liège ont décidé de porter plainte contre X.

Laisser un commentaire