Les souvenirs de guerre de Bissau en 1998 sont horribles et le demeurent encore dans les mémoires de bons nombres sénégalais et sénégalaises. Cet épisode d’insécurité inter-Etat replay le scénario macabre de « comment la capitaine Ngom avait été tué, puis décapité ? »

L’Opération Gabou, du nom de l’Intervention des armées du Sénégal et de la Guinée Conakry pour combattre les mutins du Gl feu Ansoumana Mané soulevé contre l’ex chef d’Etat, Joao Bernardo Vieira, dit Nino en juin 1998 était une guerre très sanglante.

Sous le commandement de l’ex Commandant de Zone-Comzone, numéro 5 (Ziguinchor) ; Yoro Koné, l’armée Sénégalaise avait intervenue concomitamment avec celle de la Guinée conakry pour aider Nino Vieira.

Ce dernier sur la base de simple renseignement avait décidé de limogé son Chef d’Etat major général des armées, le Général Ansoumana Mané, accusé aussi de fournir des armes aux rebelles du(MFDC), en Casamance.

Genèse de la Guerre …

Face à ce refus, déclencha une guerre sans merci. Toutes les villes ont été occupées par les rebelles du Général Mané sauf Bissau. Les combats étaient intenses.

Il y’avait beaucoup de morts, plus que la guerre de libération selon le Général Fodé Gassama, repris par l’Observateur.

casamance en guerre va s'enflamer
casamance en guerre va s’enflamer

Dans ces circonstances, le capitaine Ngom qui dirigeait une unité aurait décidé malgré la pugnacité des soldats pros-Mané à se diriger pour contrôler l’aéroport où se trouvait une très bonne partie des rebelles d’Ansoumana Mané.

Lorsque la Capitaine Ngom est parvenu à entrer dans l’aéroport avec ses troupes, ils avaient été encerclés par les rebelles d’Ansoumana Mané. Dans ces circonstances, il a été tué et décapité.

Son corps, rapporte un missionnaire de l’(ONU) dans l’Observateur, avait fait 24 heures sur les lieux.

Et personne n’osait venir le récupérer puisque les mutin tiraient sur quiconque qui venait pour le ramasser.

Pourtant, il était très connu des officiers Bissau Guinéen. C’est après identification que les rebelles de Ansoumana Mané l’ont reconnu.

Laisser un commentaire