La presse quotidienne continue de s’émouvoir du meurtre samedi dernier, à Tambacounda, de la jeune fille Binta Camara, dont le présumé meurtrier, Pape Alioune Fall, a été arrêté lundi. 

Vox Populi signale que la victime « repose désormais au cimetière musulman de Saré Guilel, à Tamba ».

Le journal souligne qu’ »une foule, immense et très émue par les circonstances de sa disparition, l’a accompagnée à sa dernière demeure, hier matin ». 

Toute l’émotion consécutive à la mort atroce de l’ancienne étudiante de l’Ecole supérieure polytechnique (ESP) est perceptible à travers la « une » de Sud Quotidien.

« La douleur ne désemplit pas », titre le journal, notant que la défunte, tuée lors d’une tentative de viol, a été accompagnée à sa dernière demeure par des milliers de personnes. Le Quotidien évoque à son tour un « adieux douloureux ».

« L’élan de compassion qui a escorté sa mort tragique ne s’est pas estompé. A la levée du corps, à la mosquée Saré Guilele, les émotions et les peines se confondaient sur les visages des amis et parents, abasourdis par le décès« , écrit le quotidien du Groupe Avenir Communication. 

Dans L’Observateur, Malal Camara, le père de la défunte, confie que l’erreur de sa fille, est d’avoir « ouvert la porte à son meurtrier considéré comme un membre de la famille ».

Elle indique également que Pape Alioune Fall lui avait « été confié par son père ».

WalfQuotidien livre les détails de l’enquête ayant permis l’arrestation du présumé meurtrier. Le journal explique notamment que « la victime a été étranglée par un foulard trouvé serré autour du cou ».

Le journal ajoute que « le suspect déclare avoir attendu la sortie du gardien avant de s’introduire dans la demeure ». 

Le quotidien « Kritik » salue l’ »exploit » réussi par la police technoscientifique, qui a permis d’élucider l’affaire Binta Camara, en seulement 48 heures. 

Le Témoin relève lui les similitudes de cette affaire avec le cas Fatoumata Mactar Ndiaye, ancienne membre du Conseil économique, social et environnemental, tuée par son chauffeur.

Toutes les deux ont été « tuées par des très proches de leurs familles ».

« La proximité serait-elle meurtrière ? », s’interroge à ce sujet le journal. 

C’est dans ce contexte que Le Témoin révèle que la Direction de la sécurité publique a « dressé hier son bilan au titre du mois d’avril 2019 ».

Le journal fait état de « 455 accidents dont 10 morts, 3698 personnes interpellées […] ». 

Le Soleil met en exergue la Coupe du monde de football U20, Pologne 2019. « Le Sénégal à la quête du Graal », titre le journal.

Le quotidien national souligne que les Lionceaux « tenteront de faire mieux que leurs prédécesseurs ».

Mais « avant de rêver de sacre, leur premier objectif sera d’accéder en huitièmes de finale en décrochant l’une des deux premières places de leur groupe », prévient le journal.

Publicités

1 COMMENT

  1. La sortie à la presse de serigne mountakha mbacké sur la récurrence des cas de meurtre vient à point nommer …
    Mais une interrogation s’impose : Pourquoi ce long silence sur ces crimes et de surcroi à touba ?

Laisser un commentaire