Revue de presse du 7 novembre 2019 : L’affaire pétro-Tim opère un retour en force

0
9
revue de presse + post article = images_8
revue de presse + post article = images_8

L’affaire Pétro-Tim revient et gagne encore plus de places dans les quotidiens, au rythme des auditions menées depuis quelques jours par le doyen des juges dans ce dossier de corruption présumée en lien avec les contrats pétro-gaziers signés par le Sénégal.

« Les auditions s’enchaînent », souligne à ce sujet Le Soleil, dont la Une porte sur une affaire évoquée par plusieurs autres quotidiens parvenus jeudi à l’APS.

« Après Boubacar Camara et Clédor Sène, hier » mercredi, « le juge va entendre Souleymane Ndéné Ndiaye et Samuel Sarr, aujourd’hui », jeudi, écrit le journal. 

Revue Presse du 06 novembre 2019 : Les Locales et d’autres sujets en exergue

Si M. Camara, opposant et ancien directeur général des douanes sénégalaises, parle « déjà +de victoire+, M. Sène a estimé, lui, que la justice n’avait pas besoin de leurs témoignages puisqu’elle a déjà les éléments pour instruire et entrer en voie de condamnation », rapporte Le Soleil. 

Cela dit, Walfquotidien affirme pour sa part que Clédor Sène « enfonce Macky et Aliou Sall devant le juge » d’instruction.

« Contrairement aux acteurs politiques de l’opposition, note le journal, Clédor Sène est passé à l’offensive ». 

« Au sortir de son audition par le magistrat instructeur, il a accusé le président Macky Sall, son frère Aliou Sall et le ministre Aly Ngouille Ndiaye comme étant les responsables du scandale Pétro-Tim », qui défraie la chronique depuis juin dernier. 

Cette affaire est partie d’un documentaire diffusé par le BBC le 3 juin dernier, une enquête sur l’attribution de marchés pétroliers dans laquelle le média britannique accuse Aliou Sall, frère du président Macky Sall, d’avoir reçu des pots-de-vin d’un montant de 250 000 dollars, soit 150 millions de francs CFA. 

Vox Populi également revient sur les auditions menées mercredi dans cette affaire, en citant Boubacar Camara selon qui l’implication du frère du président Sall dans cette affaire « complique les choses », assurant avoir « une certaine connaissance des procédures d’attribution de contrats pétroliers ». 

L’avis de Tribune dans cette affaire c’est que Boubacar Camara et Clédor Sène « corsent les choses ». « Pour Clédor Sène, la justice a assez d’éléments pour jeter les faisceaux de la lumière sur cette +ténébreuse+ affaire », indique le quotidien L’As, selon lequel « la valse continue chez le doyen des juges ». 

Dans l’affaire portant sur les dernières saisies de drogue et de munition, Le quotidien annonce que le parquet « affine ses dossiers brûlants ».  

Il précise que le procureur Serigne Bassirou Guèye « gère concomitamment deux grands dossiers, à savoir des affaires de cocaïne et de vol de munitions dans un dépôt de l’armée, qui devraient connaître leur épilogue dans les prochaines heures ». 

L’Observateur s’intéresse à la gestion du patrimoine de l’Etat à l’étranger. « Macky Sall envoie l’IGE aux Affaires étrangères ».

Il ajoute que l’affaire des 850 millions de francs CFA de Milan « a accéléré le déclenchement de la fouille des ambassades et consulats ». 

Consul général du Sénégal en Italie, « Rokhaya Bâ Touré a engagé l’Etat du Sénégal dans une location-vente avec remise de paiements des arriérés, d’un immeuble de trois niveaux situé à Viale Certosa 187 à Milan pour abriter la mission consulaire en Italie », écrit L’Observateur. 

Selon la publication, cet immeuble « était loué par le Sénégal depuis 2015 pour un montant d’environ 7000 euros par mois, c’est-à-dire près de 5 millions de francs CFA ». 

Plusieurs journaux, dont Libération, reviennent sur l’affaire du scandale présumé à la Fédération internationale d’athlétisme, visant son ancien président sénégalais Lamine Diack.  

Selon Libération, Massata Diack, fils de ce dernier, ’’a été inculpé’’ dans la même affaire, suite à une commission rogatoire lancée par la justice française. 

« A la demande des magistrats français, il a été mis en examen, mardi 5 novembre, pour association de malfaiteurs, blanchiment aggravé, corruption active et corruption passive’’, signale le même journal, ajoutant que le même jour, Pape Massata Diack ’’a été interrogé dans le fond de la procédure locale qui lui avait valu une première inculpation pour corruption passive et corruption active’’.

 L’Observateur indique de son côté que M. Diack, après avoir été inculpé suite à cette commission, sera entendu ce jeudi dans cette affaire portant sur ’’plusieurs milliards de francs CFA’’.

’’Pape Massata Diack a nié toutes les accusations portées contre lui’’, selon Walfquotidien.  

Sur un tout autre sujet, Enquête plonge ses lecteurs dans ’’la ferveur de la tijaniya’’, à deux jours du gamou devant commémorer l’anniversaire de la naissance du Prophète Mohammed (PSL) à Tivaouane et dans d’autres foyers religieux du Sénégal.

Publicités

Laisser un commentaire