Le ministre de la Justice, Ismaïla Madior Fall, a fait état mardi d’un processus engagé à l’échelle du continent africain pour adapter les législations internes de lutte contre le terrorisme, lequel devrait à terme permettre aux Etats de mieux lutter contre ce phénomène, a laissé entendre le garde des Sceaux.

« Le phénomène est complexe, nous sommes en présence d’une criminalité complexe », a repéré M. Fall à l’ouverture d’une session régionale de validation d’un module uniforme de formation sur le terrorisme à l’intention notamment des magistrats de l’espace francophone. .

Selon Ismaïla Madior Fall, l’adaptation des législations internes permettra de « renforcer le plateau légal et judiciaire avec notamment un dispositif de formation adéquate ».

« La réussite de l’entreprise dépendra largement de la compréhension que les différents acteurs auront de la dimension multidimensionnelle du phénomène et de l’appropriation des mécanismes de traitement y afférents », a ajouté le ministre sénégalais de la Justice.

« La formulation d’une réponse didactique à travers l’élaboration d’un module en matière de lutte contre le terrorisme, apporte une contribution hautement pédagogique à la croisade contre ce fléau », selon le garde des Sceaux.

Il a suggéré au Réseau africain francophone de formation judiciaire d’envisager, sous la forme d’une formation continue, la tenue d’ateliers incluant les officiers de police judiciaires spécialisés, primo-intervenants en cas d’attentats.

« Il s’agit également pour le Réseau de relever le défi de l’adaptation permanente de la formation eu égard au caractère évolutif de la matière », a indiqué le ministre de la Justice.

Cet atelier de formation, prévu pour deux jours, est à l’initiative d’un réseau regroupant les écoles de formation judiciaire de l’espace francophone africain.

Laisser un commentaire