Vite fait, bien fait. Vainqueur du Cap-­Vert grâce à un doublé de Youssef El ­Arabi, mardi (2-­0), le Maroc est le premier pays à se qualifier sur le terrain pour la CAN 2017. Auteurs actuellement d’un grand chelem, puisque l’équipe d’Hervé Renard a remporté ses quatre premiers matchs, les Lions de l’Atlas comptent déjà six points d’avance et une meilleure différence particulière sur le Cap-­Vert, deuxième du groupe F, à deux journées du terme. Hervé Renard, double vainqueur de la compétition avec la Zambie (2012) et la Côte d’Ivoire (2015), aura donc la possibilité de défendre son titre.
La déconvenue du Nigeria

D’autres ne connaissent pas la même facilité dans ces éliminatoires. La Côte d’Ivoire, tenante du titre et sacrée deux fois dans l’histoire de la compétition, éprouve des difficultés à se sortir d’un groupe I à trois équipes, puisque amputé du Gabon, pays organisateur et qualifié d’office. Après s’être imposés face au Soudan (1-­0), vendredi 25 mars, grâce à un but de Gervinho, les Eléphants n’ont obtenu que le match nul (1-­1) face à la même équipe, quatre jours plus tard, malgré une réalisation de Max-Alain Gradel. L’équipe du Parisien Serge Aurier, suspendu par son club pour son dérapage sur les réseaux sociaux et qui profite de la sélection pour retrouver les joies du terrain, n’a plus qu’un match contre la Sierra Leone, début septembre, pour se qualifier pour la CAN 2017.

Lire aussi : Afrique football club : l’ego d’Eto’o, Yaya Touré et la liste noire

Une compétition à laquelle ne prendra pas part le Nigeria, pourtant vainqueur de l’édition 2013, qui a vécu des éliminatoires à rebondissements. Alors que les Super Eagles comptabilisaient cinq points en trois journées et faisaient figure de solides deuxièmes du groupe G, le Tchad a annoncé, dimanche 27 mars, abandonner les éliminatoires en raison de graves problèmes financiers empêchant son équipe de voyager.

Les points obtenus par les trois autres équipes du groupe contre le Tchad ont donc été retirés. Ainsi combiné à la défaite du Nigeria face à l’Egypte (1-­0), mardi, cet abandon condamne l’équipe de John Obi Mikel… et profite à l’Egypte (sept points), puisque seul le premier du groupe participera à la CAN. Les Pharaons, qui ont remporté sept fois la CAN mais n’y avaient plus participé depuis 2010, seront probablement au rendez-vous en 2017, à moins d’un improbable retour de la Tanzanie.
L’Algérie et le Sénégal y sont presque

Impressionnante depuis le début des éliminatoires (4-­0 contre les Seychelles, 3-­1 contre le Lesotho, 7-­1 contre l’Ethiopie…), l’Algérie a connu un léger accroc en Ethiopie (3-­3), mardi, en arrachant l’égalisation sur un penalty de Faouzi Ghoulam à l’issue d’un match fou, où Islam Slimani et Aïssa Mandi ont également marqué. Mais rien d’alarmant pour la sélection de Christian Gourcuff, qui possède cinq points d’avance sur son adversaire, deuxième du groupe J. Un seul point lors des deux dernières journées suffira au huitième de finaliste de la dernière Coupe du monde pour obtenir sa qualification en phase finale.

Lire aussi : Afrique Football Club : les caprices d’Adebayor et les tacles de Van Basten sur Tannane

De son côté, le Sénégal aurait connu le même destin que le Maroc et serait déjà qualifié pour la CAN 2017 sans la victoire du Burundi, mardi, face à la Namibie (3-­1). Victorieuse au Niger (2­-1), mardi, grâce aux réalisations de Pape Moussa Konaté et de l’ancien Lillois Pape Souaré, la sélection d’Aliou Cissé compte quatre victoires en autant de matchs. Les Lions de la Teranga sont premiers du groupe K, avec six points d’avance sur le Burundi, et n’ont plus besoin que d’un point pour valider leur ticket. Les deux dernières journées de qualification seront disputées au mois de juin, puis en septembre. Les premiers de chacun des treize groupes, ainsi que les deux meilleurs deuxièmes, accompagneront le Gabon, pays organisateur qualifié d’office.

avec Lemonde.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE