Le tableau périodique des éléments, également appelé tableau ou table de Mendeleïevclassification périodique des éléments ou simplement tableau périodique, représente tous les éléments chimiques, ordonnés par numéro atomique croissant et organisés en fonction de leur configuration électronique, laquelle sous-tend leurs propriétés chimiques.


La conception de ce tableau est généralement attribuée au chimiste russe Dmitri Ivanovitch Mendeleïev, qui, en 1869, construisit une table, différente de celle qu’on utilise aujourd’huia mais semblable dans son principe, dont le grand intérêt était de proposer une classification systématique des éléments connus à l’époque en vue de souligner la périodicité de leurs propriétés chimiques, d’identifier les éléments qui restaient à découvrir, voire de prédire certaines propriétés d’éléments chimiques alors inconnus.

Le tableau périodique a connu de nombreux réajustements depuis lors jusqu’à prendre la forme que nous lui connaissons aujourd’hui. Il est devenu un référentiel universel auquel peuvent être rapportés tous les types de comportements physique et chimique des éléments. Depuis la mise à jour de l’UICPA du 28 novembre 2016, sa forme standard comporte 118 éléments1, allant de l’hydrogène 1H à l’oganesson 118Og.

Tableau périodique des éléments chimiques au 28 novembre 2016 (avec liens vers les articles).

Tableau périodique des éléments au 28 novembre 2016 (avec liens vers les articles).
Tableau périodique des éléments au 28 novembre 2016 (avec liens vers les articles).

Tableau périodique des éléments plus détaillé (avec liens vers les articles)

Tableau périodique des éléments plus détaillé (avec liens vers les articles)
Tableau périodique des éléments plus détaillé (avec liens vers les articles)

Le tableau périodique standard

Ce tableau est la représentation la plus usuelle de la classification des éléments chimiques. Certains chimistes ont proposé d’autres façons de classer les éléments, mais celles-ci restent bornées au domaine scientifique.

Parmi les 118 éléments chimiques connus, 83 sont dits primordiaux parce qu’ils possèdent au moins un isotope stable ou suffisamment stable pour être plus ancien que la Terre. Parmi eux, trois sont radioactifs : l’uranium92U, le thorium90Th et le bismuth83Bi ; la radioactivité de ce dernier est cependant si faible qu’elle n’a été mise en évidence qu’en 20032.

11 éléments existent naturellement dans l’environnement terrestre mais sont trop radioactifs pour que leurs isotopes présents lors de la formation du Système solaire aient pu subsister jusqu’à nos jours : ils sont formés continuellement par désintégration radioactive d’autres éléments chimiques, principalement de l’uranium et du thorium.

Chaîne de désintégration de l'uranium 238.
Chaîne de désintégration de l’uranium 238.

C’est par exemple le cas du technétium 43Tc, le plus léger d’entre eux, qui est un produit de fission de l’uranium, ou encore du plutonium 94Pu, le plus lourd d’entre eux, qui est considéré comme un radioisotopenaturel présent à l’état de traces dans la pechblende, principal minerai d’uranium. La chaîne de désintégration de l’uranium 238, principal isotope naturel d’uranium, produit ainsi continuellement du protactinium 234Pa, du thorium 234Th et 230Th, du radium 226Ra, du radon 222Rn, du polonium 218Po214Po et 210Po, du bismuth 214Bi et 210Bi, et du plomb 214Pb210Pb et 206Pb, ce dernier étant stable.

Les 24 derniers éléments sont dits synthétiques car ils n’existent pas naturellement dans l’environnement terrestre et sont produits artificiellement dans les réacteurs nucléaires ou expérimentalement en laboratoire. On peut cependant trouver certains d’entre eux dans la nature à la suite d’essais nucléaires atmosphériques ou d’accidents nucléaires, comme c’est le cas, dans certaines zones contaminées, pour l’américium 95Am, le curium 96Cm, le berkélium 97Bk et le californium 98Cf.

Hors de notre planète, ces éléments, ainsi que l’einsteinium99Es, sont peut-être produits naturellement par processus r3 lors d’explosions de supernovae, comme on l’a longtemps pensé de l’isotope 254Cf4,5,6, hypothèse cependant réfutée depuis lors7 ; ils auraient également été détectés dans le spectre de l’étoile de Przybylski8.

Parmi les 103 éléments dont l’état standard est connu aux conditions normales de température et de pression (0 °C et 1 atm), 90 sont solides, 11 sont gazeux, et seulement deux sont liquides : le brome 35Br, fondant à −7,2 °C, et le mercure 80Hg, fondant à −38,8 °C ; plusieurs éléments solides ont cependant un point de fusion voisin de la température ambiante, par exemple le francium 87Fr, à 27 °C, le césium 55Cs, à 28,5 °C, le gallium 31Ga, à 29,8 °C, le rubidium 37Rb, à 39,3 °C, ou encore le phosphore blanc 15P, à 44,2 °C.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.