Née le 10 janvier 1980 à Kaolack, la belle de nuit, Arame Guèye, exerce le plus vieux du monde dans la capitale du Mouridisme. Taille élancée, la peau dépigmentée, Arame Guèye toute vêtue d’une « taille basse » (tenue traditionnelle), a comparu ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Diourbel.

Elle était poursuivie pour détention et usage de drogue à Touba. Il y a environ deux semaines, lors d’une opération de routine, les gendarmes ont découvert un cornet de chanvre indien dissimulé sous le matelas dans la chambre qu’elle occupait dans une maison close.

Interpellée, Arame Guèye aura beau nier être la propriétaire de la drogue mais sans convaincre les pandores. Elle passe la nuit en garde à vue avant d’être transportée au palais de justice devant le procureur qui lui notifie les charges retenues contre elle. Suivi de son placement sous mandat de dépôt à la prison de Diourbel.

Devant la barre ce matin, Arame Guèye, soutenue par ses collègues qui ont commis un avocat pour sa défense, est restée constante dans ses déclarations. Le procureur ayant requis « l’application de la loi », le conseil de la défense, Me Abdoulaye Babou a plaidé la relaxe au bénéfice du doute pour sa cliente qui a finalement été condamnée à 10 jours de taule.

Laisser un commentaire