Tour de France 2019: en état de grâce, Pinot règne sur les Pyrénées

0
48
Thibaut Pinot a grapillé du temps sur tous ses concurrents ce dimanche 21 juillet au sommet du Prat d'Albis. REUTERS/Gonzalo Fuentes
Thibaut Pinot a grapillé du temps sur tous ses concurrents ce dimanche 21 juillet au sommet du Prat d'Albis. REUTERS/Gonzalo Fuentes

Le coureur de la FDJ, Pinot, a encore réalisé l’étape parfaite ce dimanche entre Limoux et le Prat d’Albis pour se replacer dans la course au maillot jaune. Arrivé deuxième derrière Simon Yates, le Franc-Comtois a repris du temps à tous ses concurrents, il a surtout montré qu’il était le plus fort en montagne.

Après sa victoire au Tourmalet samedi, on aurait pu s’imaginer que Thibaut Pinot allait s’économiser un peu dans cette dernière étape pyrénéenne. Manqué, ce n’était visiblement au programme du coureur français qui est remonté comme un coucou depuis qu’il a perdu 1’40 dans une bordure lors de la 10e étape.

A croire que cette mésaventure, qui aurait pu faire s’effondrer les ambitions de podium du leader de la FDJ, est presque un mal pour un bien, tant il semble y trouver une motivation supplémentaire pour se dépasser.

Cette fois-ci, Pinot n’est pas allé chercher l’étape, elle est revenue à Simon Yates parti seul dans la pente du Prat d’Albis vers son deuxième succès dans ce tour, mais il a montré qu’il était là et qu’il était le plus fort sur les étapes de montagne.

Personne pour suivre Pinot

Bien emmené par son coéquipier David Gaudu, déjà épatant la veille dans l’ascension du Tourmalet, le Franc-Comtois a attaqué à sept kilomètres du sommet pour décrocher ses concurrents un à un.

Le premier d’entre eux aura été Geraint Thomas, puis Julian Alaphilippe. Le Gallois a finalement réussi à revenir sur le maillot jaune avant de le lâcher pour lui reprendre 28 secondes.

Mais la meilleure opération de la journée est bien à mettre sur le compte de Thibaut Pinot. Le Français a repris 50 secondes à Thomas et 1’16 à Alaphilippe pour se replacer à la 4eplace du classement général à trois secondes de Kruijswijk et quinze du Gallois d’Ineos.

Mais la vraie leçon de cette journée, c’est bien que personne n’a été capable de suivre le coureur Franc-Comtois. 

Le Colombien Egan Bernal est celui qui a tenu la cadence le plus longtemps avant de craquer dans les derniers hectomètres pour rallier la ligne d’arrivée avec 18 secondes sur le Français.

Pinot a montré à tout le monde qu’il était le plus fort et s’il parvient à conserver cette condition physique, il pourrait bien continuer à faire des étincelles à la fin de la semaine prochaine dans les Alpes.

Les premières limites d’Alaphilippe

D’autant que cette dernière étape pyrénéenne a également montré les premières limites de Julian Alaphilippe. Le coureur de la Deceuninck-Quick Step a beaucoup donné ces deux dernières semaines et il commence à payer ses efforts. Bon grimpeur mais pas spécialiste de la haute montagne, le Montluçonnais pourrait avoir beaucoup de mal à défendre son maillot jaune jusqu’au bout dans les Alpes.

La journée de repos de ce lundi tombe à pic, tout le monde va pour se refaire une santé. Mardi, la troisième et dernière semaine de ce Tour 2019 commence, et elle s’annonce déjà palpitante.

Laisser un commentaire