81 / 100

Vol d’images sensibles, sextorsion, vengeance, chantage : les ravages des réseaux sociaux. Les délits de collecte illicite et de diffusion de données à caractère personnel ou pornographique foisonnent, de nos jours, dans les rôles des tribunaux.

Les raisons qui poussent des hommes et des femmes à violer l’intimité de leurs «proies» vont de la vengeance d’un amoureux éconduit à la jalousie, en passant par le chantage pour obtenir, souvent, des faveurs sexuelles.

Vol ,images sensibles, images ,sensibles, sextorsion, vengeance, chantage ,ravages ,réseaux sociaux,

La presse fait régulièrement état de délits de collecte illicite et de diffusion de données à caractère personnel ou pornographique. Il s’agit, la plupart du temps, de photos ou vidéos à caractère sexuel, réalisées volontairement par la personne pour séduire.

Parfois, ce sont des images volées, obtenues à l’insu de la personne lors d’un moment d’intimité. Quoi qu’il en soit, les diffuser sans consentement pour se venger ou pour extorquer des fonds (« sextorsion »), est puni par la loi.

Ce nouveau fléau à la mode cache aussi, très souvent, des motivations telles que le chantage pour obtenir des faveurs sexuelles, l’extorsion de fonds, l’envie de faire mal pour des raisons de jalousie ou de déception amoureuse, comme l’illustrent plusieurs affaires jugées devant les tribunaux.

Courant mars 2021, I. D. a l’air surpris et confus devant la barre du Tribunal des flagrants délits de Dakar. Il n’a jamais imaginé qu’il allait se retrouver devant une juridiction pour une partie de plaisir qui a mal tourné.

Selon sa version, la plaignante qu’il a connue via Facebook, avait accepté de se retrouver avec lui dans une auberge. Au cours de leurs ébats, la dame a laissé le bonhomme la prendre en photos et vidéos dans une position nue. Plus tard, I. D. a voulu faire du chantage à la dame avec ces images et films obscènes.

À l’arrivée, le Tribunal l’a condamné à deux ans dont un mois ferme. Récemment, une autre dame qui voulait faire plaisir à son ex-mari lui a envoyé ses vidéos intimes. Mal lui en a pris puisque les images sont tombées entre les mains de l’épouse de ce dernier qui n’a pas hésité à les partager aussitôt.

L’affaire a causé une situation inédite au sein de cette famille. Embarrassée, la victime vit un drame social.

Le réseau social Tik-Tok fait aussi des ravages. Une respectable dame a été surprise de voir ses vidéos intimes sur cette plateforme alors qu’elles étaient destinées à son époux établi à l’étranger.

La demoiselle C. F. (initiales d’emprunt) qui évolue dans l’événementiel, a failli, elle-aussi, tomber à la renverse en voyant ses photos sur Instagram.

L’auteur des faits n’est personne d’autre qu’une gérante de salon. Victime de vol dans le salon, elle s’en est ouverte à la propriétaire qui n’était pas sur les lieux.

Après lui avoir remboursé son argent, la gérante du salon n’a rien trouvé de mieux que de publier leurs échanges et sa photo de profil sur ce réseau social. C. F. lui a intimé l’ordre de supprimer son image sous peine de porter plainte.

Vidéos coquines

En fin décembre 2020, quatre élèves en classe de Terminale et complices du maître chanteur en série surnommé «Kocc Barma», ont été arrêtés et placés sous mandat de dépôt pour collecte illicite de données personnelles.

vol images-obscenes-dossier
vol images-obscenes-dossier

Le cerveau de l’affaire s’était procuré des photos érotiques de sa belle-mère que celle-ci avait envoyées à son mari établi aux États-Unis.

Avec ses amis, il a «intentionnellement» envoyé les images au fameux «Kocc Barma» qui les a publiées sur son site web de pornographie. Jugés en flagrants délits, ils ont écopé de deux ans assortis du sursis.

En septembre 2020, S. N., un collaborateur de «Kocc», encore lui, a été arrêté après avoir fait plus de 100 victimes de différentes nationalités.

En début mars 2021, N. D. N., élève en classe de Terminale à Saint-Louis et musicien à ses temps perdus, a été condamné à deux ans dont trois mois ferme pour exportation d’images à caractère pornographique par le biais d’un système informatique.

Après la séparation avec sa petite amie, M. D., il a, pour se venger, publié des photos et des vidéos coquines de celle-ci. Pis, il les a même envoyées au père de la jeune femme. Surpris, celui-ci a voulu en savoir plus. Il s’en est alors ouvert à sa fille qui lui a raconté sa mésaventure.

En 2010 déjà, l’affaire ayant opposé la dame Khadija Mbaye à l’homme politique Diombass Diaw est encore fraîche dans les mémoires. La prévenue a été condamnée à six mois ferme.

Souleymane Diam SY

CE QUE RISQUENT LES COUPABLES

Des peines allant jusqu’à 7 ans ferme et de lourdes amendes
Les auteurs de délits de collecte de données à caractère personnel s’exposent à de lourdes sanctions pénales et pécuniaires pouvant aller jusqu’à sept ans d’emprisonnement et 10 millions de FCfa d’amende.

Les atteintes aux données à caractère personnel sont des délits prévus et punis par les articles 431-14 à 431-28 du Code pénal, rappelle le juge Sécou Oumar Faty du Tribunal de grande instance de Pikine-Guédiawaye. Citant le texte de loi, le magistrat précise que «quiconque aura collecté des données à caractère personnel par un moyen frauduleux, déloyal ou illicite, sera puni d’un emprisonnement d’un an à sept ans et d’une amende de 500.000 FCfa à 10 millions de FCfa ».

De même, précise-t-il, «quand il y a extorsion de fonds à l’occasion de la commission d’une atteinte aux données à caractère personnel, son auteur peut être poursuivi pour ce délit prévu et puni par l’article 372 du Code pénal».

Avec l’application des circonstances atténuantes, les peines prononcées vont rarement au-delà de deux ans d’emprisonnement, ajoute le magistrat. Mais il est possible, avec l’avènement de cette loi, de réprimer pénalement des faits commis surtout à l’aide de moyens de communication.

Et souvent, « c’est lorsqu’une personne voit ses images ou vidéos privées entre les mains de tiers sans son consentement ».

Ces images ou vidéos sont utilisées pour exercer des chantages de toute nature sur la personne. « Pour la plupart, ce sont ces types de cas qui sont déférés devant les juridictions », a laissé entendre le juge Faty.

Tata SANE

Qu’est-ce qu’une collecte illicite de données personnelles

Prendre une photo d’un tiers ou télécharger ses vidéos ou images postées sur un réseau social sans le consentement de la personne sont autant de gestes anodins mais qui, en réalité, peuvent constituer des infractions à la loi pénale.

Car, il s’agit tout simplement d’actes que la loi qualifie, selon Me Léon Patrice Sarr, de traitement ou de collecte illicite de données à caractère personnel.

Celles-ci ne se limitent pas à l’image, mais, renseigne l’avocat, «constituent toute information permettant d’identifier directement ou indirectement une personne par des éléments propres à son identité physique, génétique, culturel, social, ou économique…».

Il s’agit, entre autres, de l’empreinte digitale, des nom et prénom, du numéro de téléphone, de la carte nationale d’identité de la personne. Et toute manipulation sur ces données, informe-t-il, « doit se faire après avoir effectué certaines formalités auprès de la Commission des données personnelles (déclaration préalable ou demande d’autorisation).

En plus, certains principes doivent être respectés (légitimité, licéité, loyauté, transparence, proportionnalité, exactitude, confidentialité, transparence, durée limitée, sécurité).

En outre, la personne dont les données font l’objet du traitement doit se voir reconnaître certains droits (information, droit d’accès, droit d’opposition, droit de rectification et de suppression).

Enfin, pèse à la charge de la personne qui traite les données une obligation de confidentialité, de sécurité, de conservation et de pérennité.

« Le fait de publier ma photo sur ma page Facebook, ne signifie pas que vous avez le droit de la télécharger, de la stocker, de la modifier, de la partager ou de la publier.

Tout comme l’agent de la Direction de l’automatisation du fichier qui trouve mes données dans le fichier ne peut pas les utiliser à des fins autres que celles justifiant leur traitement», indique Me Abou Abdoul Daff.

Selon Me Sarr, « tout traitement effectué sans respect des formalités préalables, des principes, des droits de la personne dont les données font l’objet de traitement ou des obligations du responsable du traitement expose à des sanctions pénales ».

Si à un certain moment, les données personnelles étaient utilisées par les sociétés commerciales dans leurs ciblages, maintenant, il y a les nombreuses atteintes à la vie privée qui se font souvent par une collecte illicite de données à caractère personnel.

D’où la loi 2008 sur la protection des données personnelles. Elle est suivie par un décret d’application et renforcée par le code pénal qui contient les incriminations.

Fatou SY

Vol et le mauvais usage des réseaux sociaux au banc des accusés

L’usage des réseaux sociaux comme Tik Tok, WhatsApp, Instagram, qui sont des canaux par lesquels certains jeunes exposent leur intimité, n’encourage-t-il pas le phénomène ? À cette question, un gardien et un marchand ambulant âgés de 25 ans, une mère de famille et une restauratrice répondent sans hésiter par l’affirmative.

Vol et le mauvais usage des réseaux sociaux au banc des accusés
Vol et le mauvais usage des réseaux sociaux au banc des accusés

Employée dans une entreprise de gardiennage, P. Coly, âgé de 25 ans, lance sur un ton détaché avec un sourire en coin : « De nos jours, des femmes demandent à leurs copains de filmer leurs ébats.

Elles gardent les images comme souvenirs et s’en délectent avec des copines pour leur montrer ce qu’elles sont capables de faire en intimité. Nous aimons faire le buzz sur les réseaux sociaux.

Peu importe les conséquences. L’essentiel, c’est d’avoir le maximum de vues. Nous vivons un monde du paraître. La pire chose qui puisse nous arriver est d’être dans l’ombre.

Les réseaux sociaux nous permettent d’être vus par des millions de personnes et cela nous donne la grisante sensation d’exister vraiment ». P. Coly s’abstient de juger, déclarant suivre le mouvement.

Marchand ambulant, Baye Niasse, âgé de 25 ans, attend son petit déjeuner dans une gargote sise au croisement Keur Massar. Il n’y va pas par quatre chemins pour dire que les parents sont fautifs.

Le commerçant s’offusque que des parents donnent des téléphones portables à leurs enfants de 10 à 15 ans, avec la connexion Internet. Avec une telle liberté, il ne faut pas être surpris que la curiosité pousse les enfants à explorer des sites d’adultes, met-il en garde.

Assise devant sa table, A. Diaw, vendeuse de « café Touba » trouvée à un arrêt de bus, a trois fils dont le plus âgé a 11 ans. La pauvre se fait un sang d’encre pour eux au sujet des Tic.

« Il faut le reconnaître, en tant que parent, nous sommes largués par nos enfants quand il s’agit de Tic. On ne doit jamais cesser de les surveiller et de les conseiller. Tik Tok, Instagram, WhatsApp et autres sont à leur portée et constituent des créneaux redoutables pour faciliter la dépravation des mœurs.

Cependant, ce ne sont que des outils, c’est à nous, hommes et femmes, de les contrôler et non l’inverse », dit la mère de famille qui ne sait plus à quel saint se vouer.

Rencontrée au coin d’une rue dans la banlieue dakaroise, à Sicap Mbao, A. Faye, restauratrice, est de la même génération que P. Coly mais elle est loin de partager son opinion.

« J’ai l’habitude de dire que le corps est faible mais l’esprit est fort. Quel que soit le degré de confiance qu’une femme puisse avoir pour un homme, même s’il s’agit de son époux, elle ne doit pas accepter de se faire filmer ou photographier en intimité. Parce qu’on ne sait jamais dans quelles mains ces images peuvent atterrir. Ce que la femme a de plus sacré, c’est son corps», estime la jeune femme. Certes, poursuit A.

Faye, les réseaux sociaux sont pour beaucoup dans la dépravation des mœurs qui débouche parfois sur des dossiers devant les tribunaux, mais en toute chose, il y a du bon et du mauvais. Si certains utilisent les réseaux sociaux pour nouer des amitiés sincères, retrouver de vieilles connaissances, faire du business, partager des recettes culinaires, d’autres s’en servent pour se pervertir. «C’est à nous, utilisateurs, de faire la part des choses », a affirmé la restauratrice.

Hadja Diaw GAYE

DR MAME SAFIETOU DJAMIL GUEYE SOCIOLOGUE

« La vie privée est devenue une denrée utilisée à des fins mercantiles »
Éduquer et sensibiliser les plus jeunes à l’utilisation des technologies de l’information et de la communication contribueront à réduire les risques de dérives, estime la sociologue Mame Safietou Djamil Guèye.

Comment expliquez-vous l’exposition de la vie privée sur les réseaux sociaux ?

Avec la mondialisation et l’avènement du numérique, l’utilisation des données à caractère personnel est devenue un fait divers, un phénomène banalisé et encouragé. La vie privée, jadis préservée à travers le «sutura » (Ndlr : pudeur), se voit exposée à nu dans la sphère publique, contrairement à nos valeurs.

Cette exposition constitue une arme de guerre, un moyen de destruction et de vengeance dans le but d’atteindre son ennemi. La crise économique aidant, il a été constaté que la vie privée est une ressource, une denrée utilisée à des fins mercantiles.

Ce tableau dresse un profond mal-être de la société sénégalaise et annonce les prémices de la crise des valeurs, la destruction des identités et le non-respect des normes sociales qui, jadis, ont été le fondement de base du vivre ensemble et de la cohésion sociale.

Aujourd’hui, les règles sociales qui régissaient la société sénégalaise, leurs conduites et leurs aspirations ont perdu leur pouvoir. Celles-ci sont minées par les changements sociaux, cédant ainsi la place à d’autres.

Dès lors, nous assistons à un recul de la citoyenneté et du civisme qui constituaient des éléments de référence dans l’éducation et les rites d’initiation dans la société.

Les références socioculturelles sont bafouées, dévalorisant ainsi les normes sociales et plongeant les citoyens dans un malaise profond où l’absence de normes fait régner la loi de la destruction de l’autre sans calculer les conséquences et l’impact de l’acte au sein de la société.

A lire aussi

Cette absence de confiance provoque ainsi une méfiance généralisée qui affecte les liens sociaux de fraternité, de respect d’autrui et de l’estime de soi.

Les vertus et valeurs de « jom », « ngor », «sutura », «kersa » qui ont bercé notre enfance et qui ont fortement contribué à notre éducation, se dévalorisent et disparaissent au fil du temps pour laisser la place à la déperdition des mœurs.

Ce dérèglement social auquel nous assistons, aujourd’hui, est dû à un affaiblissement de l’influence des valeurs et normes sur les comportements des individus qui, d’ailleurs, ne savent plus comment orienter leur conduite.

Les processus de déviance peuvent aussi être favorisés par des facteurs sociaux liés aux individus et à leurs parcours de vie.

Comment réduire les risques de certaines dérives ?

Il faut éduquer et sensibiliser les personnes, mais surtout les enfants sur les risques et leur donner les outils et les compétences pour naviguer sur le web sans danger. Il est indispensable de mettre á niveau les parents sur les outils de guide parental.

Aussi, il faut développer une stratégie nationale de communication sur les dérives et ses conséquences sur la cohésion sociale, gage du vivre ensemble et du respect d’autrui.

En outre, il faut appliquer strictement les mesures de sanctions prévues. Surtout faire davantage de sensibilisation à l’endroit des utilisateurs et en mettant en place le cadre réglementaire (y compris des sanctions) et de contrôle adéquat pour prévenir certaines dérives.

Jusqu’où les réseaux sociaux prendront-ils place dans nos habitudes ?

Les réseaux sociaux occupent une place croissante dans notre quotidien ; qu’il s’agisse des réseaux sociaux externes ou internes. Ils font partie du décor quotidien des Sénégalais, les plongent dans des séries de suspenses, meublent leur temps, captent leurs attentions et alimentent leurs discussions.

Le partage de la vie d’honnêtes citoyens dans la sphère publique constitue un moyen d’oublier les soucis de la vie quotidienne. Trompe-temps pour les inactifs et une perte de temps et absence de productivité pour les actifs.

Est-ce une manière de distraire le peuple et de l’éloigner des réalités quotidiennes toujours difficilement vécues ?

Les réseaux sociaux sont des outils qui peuvent être utilisés pour le bien comme pour le mal de la personne. Sans éducation et en l’absence d’une sensibilisation, ils seront utilisés de façon néfaste et nuiront au bien-être des utilisateurs.

Avec des standards d’utilisation basés sur les valeurs, les droits et les besoins des personnes, ils peuvent être utiles pour la communication, l’engagement et l’apprentissage. Ils continueront de prendre place dans nos habitudes jusqu’à ce que les utilisateurs deviennent conscients des dérives socioculturelles liées à leur utilisation incontrôlée, ainsi que des autres effets négatifs associés.

Ne faudrait-il pas éduquer les plus jeunes à l’utilisation de ces outils ?

Absolument. L’éducation des jeunes à l’utilisation de ces outils devrait constituer une priorité dans nos politiques d’éducation et d’instruction. Toutes les couches de la société devraient être éduquées et sensibilisées à l’utilisation de ces outils.

Cette éducation devrait aussi s’orienter vers une mise à niveau sur les fondements de la société sénégalaise, le respect des normes, la distinction entre vie privée et vie publique. Il s’agira de promouvoir le développement des jeunes par les loisirs éducatifs et le civisme.

Avec le développement des technologies, la communication virtuelle et la télématique, «il était important de réguler certains faits sociaux de nature à troubler l’ordre public», estime Me Assane Dioma Ndiaye, avocat à la Cour.

«Avec la biométrie, les autoroutes de l’information, on a senti qu’il y avait des tentatives d’abus qui pourraient porter atteinte à la dignité des personnes», ajoute-t-il, rappelant que «la criminalité est en avance sur la répression».

Ce qui explique, à son avis, le fait que des «esprits malveillants» collectent des données à caractère personnel «pour s’aménager des plages de criminalité afin d’obtenir des gains illicites».

Par Kafunel, Propos recueillis par Tata SANE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here