Wavel Ramkalawan, le prêtre élu président des Seychelles. A sa sixième tentative, Wavel Ramkalawan, un ecclésiastique anglican, est devenu président des Seychelles, mettant fin à des décennies d’opposition. Mais comme le rapporte Tim Ecott depuis l’archipel de l’océan Indien, il doit maintenant consolider l’unité du pays.


« Après 43 ans, nous avons retrouvé la démocratie. La route a été longue et nous allons maintenant en récolter les fruits ».

Le discours d’acceptation du président Wavel Ramkalawan, qui s’adressait à un auditoire de dignitaires réunis dans les locaux du State House, n’était qu’un soupçon de triomphalisme.

Son élection marque un changement sismique pour les îles, où la présidence est dominée par un seul parti depuis 1977.

Devant le grand manoir colonial et accompagné d’une garde d’honneur militaire, l’homme de 58 ans a prêté serment devant le juge en chef lundi.

A lire aussi

Les partisans de l'opposition sont venus célébrer la victoire ce week-end
Les partisans de l’opposition sont venus célébrer la victoire ce week-end

Les partisans de l’opposition sont venus célébrer la victoire ce week-end

Le nouveau président est un prêtre anglican ordonné, et il n’est pas surprenant que son message soit un message de paix, de tolérance et un appel à tous les Seychellois à travailler ensemble pour l’unité nationale, et à surmonter les divisions de tant d’années de querelles politiques.

Remerciant le président sortant Danny Faure d’avoir maintenu le dialogue politique ouvert ces dernières années, M. Wavel Ramkalawan a souligné la nécessité de la tolérance au sein du peuple seychellois et a lancé un appel à ce qu’il a appelé un retour à la civilité, à une société où tout le monde se dit bonjour et où les différences raciales et sociales sont mises de côté.

« Les Seychelles », a déclaré le nouveau président, « devraient être un exemple de tolérance pour le monde entier. Nous sommes 115 petites îles dans l’océan Indien, mais nous ne sommes pas insulaires ».

« Nous maintiendrons des relations amicales avec toutes les nations, et nous accueillerons avec plaisir l’aide et l’assistance de nos alliés internationaux, quels qu’ils soient ».

Derrière les sentiments chrétiens exprimés par le nouveau président, il y a aussi le symbole d’une persévérance politique.

Wavel Ramkalawan, Un homme politique en chaire

Wavel Ramkalawan a battu Danny Faure de 54,9% à 43,5%.
Wavel Ramkalawan a battu Danny Faure de 54,9% à 43,5%.

Wavel Ramkalawan a battu Danny Faure de 54,9% à 43,5%.

Il s’agit de sa sixième tentative à la présidence, un voyage qui a commencé en 1998.

Il était entré en politique plusieurs années auparavant et avait été critiqué par le gouvernement pour ses prises de position à l’époque de l’État à parti unique.

Il a failli remporter la présidence à plusieurs reprises et, en 2015, il a perdu contre James Michel par 193 voix seulement lors d’un second tour de scrutin.

Faisant référence aux années passées dans l’opposition et à ses cinq défaites précédentes aux élections présidentielles, M. Wavel Ramkalawan a cité Nelson Mandela : « Un gagnant est un rêveur qui n’abandonne jamais ».

Malgré les messages positifs de son discours d’investiture, les divisions au sein de la société seychelloise ne font aucun doute.

Cela fait précisément 43 ans que les îles ont été soumises à un violent coup d’État par Albert René, qui a renversé le gouvernement démocratiquement élu de James Mancham, l’homme qui avait conduit les îles à l’indépendance du Royaume-Uni en 1976.

Au milieu de ses appels à la paix et à l’harmonie, le président Wavel Ramkalawan a rendu un hommage appuyé à Gérard Hoarau, un opposant à René assassiné à Londres en 1985, et dont les assassins n’ont jamais été identifiés.

Hoarau n’est pas la seule personne à être morte ou à avoir disparu pendant la période de parti unique qui a duré de 1977 à 1991.

Nombre des crimes commis pendant cette période ont été exposés publiquement lors des récentes audiences de la Commission Vérité et Réconciliation aux Seychelles.

Il ne fait aucun doute que ces révélations ont nui au président sortant M. Faure et de son parti aux Seychelles lors de ces élections.

Les belles îles attirent des milliers de touristes
Les belles îles attirent des milliers de touristes

Les belles îles attirent des milliers de touristes

Seychelles unies est le nom actuel de l’ancien Front progressiste du peuple des Seychelles, qui était au pouvoir lorsque René a emprisonné et persécuté ses opposants politiques.

Malgré son histoire politique alambiquée au cours des décennies qui ont suivi l’indépendance, la population des Seychelles, forte de 97 000 habitants, est aujourd’hui confrontée à de très grands défis.

L’économie dépend fortement du tourisme, avec environ 350 000 visiteurs annuels représentant 65 % du PIB.

Le Covid-19 a réduit les arrivées de touristes à un minuscule filet, et l’économie s’est déjà contractée d’environ 14 %.

En outre, les organisations non gouvernementales locales estiment qu’environ 10 % de la population active, soit quelque 6 000 personnes, sont dépendantes de l’héroïne et que beaucoup d’entre elles dépendent du programme gouvernemental de réhabilitation à la méthadone.

En plus d’avoir remporté la présidence, le parti de M. Wavel Ramkalawan, Linyon Demokratik Seselwa (LDS), a également obtenu une majorité convaincante à l’assemblée nationale des îles.

Ils disposeront de 25 sièges, contre 10 pour les Seychelles. Cependant, le président a averti ses parlementaires de ne pas faire preuve de complaisance.

« Ce n’est pas parce que nous avons gagné que nous pouvons rester les bras croisés », a-t-il déclaré. « Nous devons continuer à travailler dur, en offrant à notre peuple ce qu’il mérite. »

L’un des sous-titres du discours d’investiture de M. Wavel Ramkalawan est que le LDS devra démêler des décennies d’inefficacité, de corruption et de copinage au sein de la fonction publique et de l’administration publique des Seychelles.

Il a promis que sous sa présidence, « personne ne sera au-dessus des lois ».

Les électeurs font la queue au bureau de vote de Beau Vallo, sur l’île de Mahé, le 24 octobre 2020 pendant les élections présidentielles et législatives

Le nouveau président a lancé un appel aux Seychellois pour qu'ils s'unissent
Le nouveau président a lancé un appel aux Seychellois pour qu’ils s’unissent

Le nouveau président a lancé un appel aux Seychellois pour qu’ils s’unissent

Même si l’ère de l’État à parti unique a été tournée il y a plus de 25 ans, un petit nombre de Seychellois instruits ont eu tendance à occuper des postes clés et les nominations ont été faites sur la base de la loyauté au parti plutôt que de la compétence.

Sur le plan international, le nouveau président sera probablement confronté à des défis pour négocier l’ordre géopolitique délicat de l’Océan Indien.

A la veille des élections, il a réaffirmé que la souveraineté des îles n’était pas à vendre.

La rivalité entre l’Inde et la Chine

Il faisait référence à un accord conclu par le président Faure pour céder le contrôle d’une île éloignée à la marine indienne en tant que base.

M. Wavel Ramkalawan est catégorique : cet accord n’aura pas lieu.

Cependant, ces dernières années, la région a été le théâtre d’une rivalité diplomatique entre l’Inde et la Chine.

L’Inde avait espéré utiliser l’île de l’Assomption des Seychelles pour contrer l’expansionnisme militaire chinois à Djibouti.

La Chine et l’Inde ont toutes deux fait des dons importants aux Seychelles, bien que le donateur le plus généreux soit les Émirats arabes unis – en particulier Abou Dhabi.

Cependant, de nouvelles ouvertures diplomatiques de l’Inde à l’égard du président Ramkalawan sont très probables, d’autant plus que son grand-père a émigré aux Seychelles depuis l’État indien du Bihar.

La victoire du LDS a été reçue pacifiquement aux Seychelles, et la plupart des gens pensent qu’il est temps d’adopter une nouvelle philosophie au State House (bureau du président).

Le président Ramkalawan a clairement déclaré qu’il souhaitait la réconciliation nationale et que toutes les parties se joignent à lui pour aider les jeunes à s’assurer un avenir meilleur.

« Quel que soit notre parti », a-t-il dit, « nous devons maintenant nous concentrer sur le fait d’être Seychellois ensemble ».

Laisser un commentaire