15 faits marquants sur la catastrophe Nucléaire de Tchernobyl. Le souvenir est encore frais dans nos mémoires. Une grande interrogation sur la sûreté : le nucléaire sûr n’existe pas Le 26 avril 1986, le réacteur n°4 de la centrale de Tchernobyl explosait, déclenchant la plus « grande catastrophe environnementale de l’histoire de l’humanité » selon les Nations unies.

Aujourd’hui encore, l’accident nucléaire de Tchernobyl suscite de nombreuses interrogations, relancées par le succès de la série Chernobyl, co-produite par HBO et diffusée en France sur OCS

Chernobyl a rencontré un tel succès qu’elle est aujourd’hui considérée comme la meilleure série de tous les temps sur les 250 sélectionnées par le site IMDB.

15 faits marquants sur la catastrophe Nucléaire

En cinq épisodes, Chernobyl met en image avec une grande précision aussi bien les efforts de désinformation de l’industrie nucléaire et des autorités soviétiques que les effets de la radioactivité.

A lire aussi Top 8 des huiles essentielles pour affronter les épidémies

Plus de 30 ans après, nous n’avons pas terminé de mesurer et de subir les effets de cet accident sans précédent.

Voici 15 faits qui permettent de restituer la mémoire tragique de Tchernobyl et d’une catastrophe qui est encore à l’œuvre.

15 faits / Greenpeace a marqué le 30e anniversaire de l’accident de Tchernobyl en projetant des messages de soutien aux survivants sur le sarcophage du réacteur endommagé.
15 faits / Greenpeace a marqué le 30e anniversaire de l’accident de Tchernobyl en projetant des messages de soutien aux survivants sur le sarcophage du réacteur endommagé.

1. 5 millions de personnes vivent toujours dans les zones contaminées par l’explosion du réacteur RMBK de la centrale de Tchernobyl.

In the village of Vezhytsia, the Rokitne District of the Rivne Region, a family has just brought a wagon full of locally grown potatoes. To understand better how contamination affects the lives of Chernobyl survivors, Greenpeace carries out two pilot investigations into the remaining radionuclide contamination of locally produced food and forests.

2. Les quantités de radioactivité libérées à Tchernobyl sont environ 200 fois supérieures aux radiations combinées émises par les bombes atomiques (bombes A) lâchées sur Nagasaki et Hiroshima par les Américains en 1945.

Abandoned baby beds in the paediatric department of Pripyat’s hospital. Before the Chernobyl accident, the town of Pripyat was considered the « glory » of the former Soviet Union. More than 48,000 inhabitants were living here – less than 3 kilometers from the Chernobyl nuclear power plant. Many of them were employed directly in the power plant. Today Pripyat is like a ghost town. Babybetten in der pediatrischen Abteilung des verlassenen Pripyater Krankenhauses. Vor dem Reaktorunfall von Tschernobyl galt die Stadt Pripyat als « Prunkstueck » der damaligen Sowjetunion. Mehr als 48.000 Menschen lebten hier Ð nur drei Kilometer vom Atomkraftwerk entfernt, wo viele Pripyater auch arbeiteten. Heute ist Pripyat eine Geisterstadt.

3. Les habitants de la ville la plus proche, Pripyat, n’ont été évacués que deux jours après le désastre. De nombreuses personnes avaient entre-temps déjà été exposées à des hauts niveaux de radiation.

Remains of a fairground in the town of Pripyat, left abandoned after the Chernobyl nuclear disaster.

4. Les retombées radioactives sont allées aussi loin que l’Irlande. Les pays les plus touchés ont été l’Ukraine, la Biélorussie et la Russie.

Decontamination centre in Pripyat. Aus- und Eingang der 30km-Zone rund um das AKW Tschernobyl. Ein Reaktor ist immer noch in Betrieb. Wissenschaftler warnen, dass jederzeit wieder ein neuer Unfall passieren kann.

5. Après le départ des habitants de Pripyat en raison des niveaux élevés de radiation, des loups, chevaux sauvages et autres animaux ont pris possession des lieux. Mais on est loin d’un retour de la nature à l’état sauvage : certains insectes (dont des pollinisateurs), oiseaux ou petits mammifères ont disparu ou se font très rares.

Wild Przevalsky horses from the Ukrainian nature reserve Askania-Nova were introduced into the Chernobyl exclusion zone a couple of years ago. Despite the fact that the horses feed on radioactive grass, they all look well. As they are moving within an area of 3000 square kilometers, it is very difficult to view them. In the picture, they are seen in a rare moment in front of sarcophagus of Chernobyl Unit No 4. Wilde Przevalsky Pferde aus der Ukraine sind in der Gesperrten Zone um den Ungluecksreaktor von Tschernobyl ausgesetzt worden. Obwohl sie radioaktiv verseuchtes Gras fressen, sehen sie gesund aus. Da das Gebiet ca. 3000 Quadratkilometer gross ist sind sie schwer anzutreffen. In einem seltenen Moment stehen sie genau vor dem Sarkophag.

6. Les animaux vivant à l’intérieur de la zone d’exclusion de 30 km autour de Tchernobyl présentent des taux de mortalité plus élevés, des mutations génétiques plus importantes et des taux de naissance moindres.

A few elderly people survive in the village of Bartolomeyka (near Vetka, Gomel region, Belarus) which is heavily contaminated by Chernobyl fallout. Radioactive contamination by Cesium 137 is about 70 Curie per square kilometer here, therefore the village had to be evacuated and most of houses buried underground. Nevertheless some people went back with the wish to spend the rest of their life in their home. Eine Hand voll aelterer Leute ueberlebt im Ort Bartolomeyka (nahe Vetka, Gomel region, Weissrussland), der stark verseucht ist durch den Tschernobyler Fallout. Die Strahlendosis vom Caesium 137 liegt hier bei 70 Curie den Quadratkilometer, deshalb wurde der Ort evakuiert und die meisten Haeuser dem Erdboden gleichgemacht. Nichtsdestotrotz kommen Leute zurueck, die nur eins wollen – den Rest ihres Lebens in ihrem vertrauten Heim verbringen.

7. Vous pensiez que les autres réacteurs de Tchernobyl ont été fermés directement ? Faux : ils ont redémarré et fonctionné pendant encore 13 ans !

Chernobyl nuclear power station, Ukraine.

8. Le matériel radioactif est toujours confiné dans une sorte de sarcophage en béton qui recouvre le réacteur. Un nouveau confinement aux dimensions titanesques recouvre désormais ce premier sarcophage mais sa durée de vie n’excédera pas 100 ans.

Thirty years after the nuclear disaster Greenpeace revisits the site and the Unit 4 with the New Safe Confinement (NSC or New Shelter). The new giant structure is intended to contain the nuclear reactor. Its primary goal is to prevent the reactor complex from leaking radioactive material into the environment and the secondary goal is to allow a future partial demolition of the old structure. The NSC is designed to contain the radioactive remains of Chernobyl Unit 4 for the next 100 years while giving scientists the time to create technologies to deal with the melted core of the reactor.

9. La forêt à proximité du lieu de la catastrophe est appelée « forêt rouge ». Ce nom provient de la couleur spéciale prise par les pins qui sont morts suite aux radiations.

Greenpeace nuclear expert Tobias Muenchmeyer measures nuclear radiation in the Red Forest, close to the nuclear power station in Chernobyl. The Red Forest is one of the highest contaminated parts. Der Greenpeace Atom-Experte Tobias Muenchmeyer misst die radioaktive Strahlung im Roten Wald nahe dem Atomkraftwerk Tschernobyl. Der Rote Wald ist einer der hoechst belasteten Orte in der Umgebung.

10. Les gouvernements et l’industrie nucléaire d’Ukraine, de Russie et de Biélorussie veulent dépenser des milliards dans d’autres projets nucléaires alors qu’ils ne prennent pas leur responsabilité vis-à-vis des survivants de Tchernobyl. Ils minimisent l’impact du désastre et masquent ce qu’est devenu Tchernobyl au quotidien.

Women in the Komissarenko Institute of Endycronology and Metabolism of the Academy of Medical Sciences of Ukraine in Kiev. 25 years after the nuclear accident in Chernobyl, these women are suffering under thyroid disease. Some have to stay in hospital for a long time. Frauen im Komissarenko Institut fuer Endokrinologie und Stoffwechsel der Akademie Medizinischer Wissenschaften der Ukraine in Kiew. 25 Jahre nach dem Atomunfall in Tschernobyl leiden diese Frauen unter Erkrankungen der Schilddruese.

11. Aujourd’hui, vous pouvez même réserver un voyage dans la zone d’exclusion de Tchernobyl ! Des agences de tourisme organisent des visites à la journée dans la ville abandonnée de Pripyat.

Thirty years after the nuclear disaster Greenpeace revisits the site and the Unit 4 with the New Safe Confinement (NSC or New Shelter). The new giant structure is intended to contain the nuclear reactor. Its primary goal is to prevent the reactor complex from leaking radioactive material into the environment and the secondary goal is to allow a future partial demolition of the old structure. The NSC is designed to contain the radioactive remains of Chernobyl Unit 4 for the next 100 years while giving scientists the time to create technologies to deal with the melted core of the reactor.

12. Pripyat est fortement contaminée et restera abandonnée étant donné que le plutonium a besoin de plus de 24 000 ans pour perdre ne fut-ce que la moitié de son intensité.

Abandoned buildings. Thirty years after the Chernobyl nuclear catastrophe Greenpeace revisits the site of the Unit 4 with the New Safe Confinement (NSC or New Shelter) and the abandoned town of Pripyat.

13. Un centre de loisir et de réhabilitation construit en 1984 accueille aujourd’hui plusieurs milliers d’enfants en provenance de zones contaminées en Biélorussie à la suite de l’accident de Tchernobyl.

Kids drawings of the nuclear past and the nuclear-free future. The Children’s Rehabilitation and Recreation Centre Nadeshda was founded in Belarus in 1984 by several German and Belarussian NGOs with the support of the ministry for emergency situations of Belarus. Situated in a marvelous forest near the lake some 80 km north of Minsk, it hosts about 4600 children coming from the areas contaminated after the Chernobyl disaster – mainly Gomel and Mogilev regions. The location has the lowest natural level of background radiation in Belarus: 4.6 μR/h.

14. La Suède a été le premier pays à informer le monde du désastre. En effet, le gouvernement soviétique avait dans un premier temps décidé de garder le secret quant à l’explosion qui venait de se produire.

Village of Illinsty. Inside 30km zone. Some people, mostly elderly, returned to their homes.

15. Dans les zones contaminées, l’accident à Tchernobyl impacte tous les aspects de la vie des gens. Les radiations sont dans les aliments qu’ils mangent, le lait et l’eau qu’ils boivent, dans les écoles, les parcs, les plaines de jeu, dans le bois qu’ils brûlent pour se chauffer.

Playground in Nadeshda. The Children’s Rehabilitation and Recreation Centre Nadeshda was founded in Belarus in 1984 by several German and Belarussian NGOs with the support of the ministry for emergency situations of Belarus. Situated in a marvelous forest near the lake some 80 km north of Minsk, it hosts about 4600 children coming from the areas contaminated after the Chernobyl disaster – mainly Gomel and Mogilev regions. The location has the lowest natural level of background radiation in Belarus: 4.6 μR/h.

Chernobyl n’est pas qu’une série : c’est une réalité quotidienne qui nous rappelle chaque jour le risque nucléaire et ses conséquences potentielles pour la planète.

J’AGIS DÈS MAINTENANT

Mise à jour : 12/07/2019

(Crédits photographiques : © Greenpeace / Steve Morgan)

Laisser un commentaire