Accidents maritimes. Des pêcheurs de Mbour (ouest) vont bénéficier d’un programme de sécurité maritime consistant à équiper les pirogues de pêche de balises de géolocalisation permettant d’éviter les accidents maritimes, a-t-on appris mercredi auprès des acteurs locaux de ce secteur d’activité.

Il s’agit d’un système de surveillance adapté aux pirogues de fabrication artisanale, capable de collecter et de transmettre des données par réseau satellitaire, ont expliqué les promoteurs de cette initiative lors d’une réunion d’information et de sensibilisation avec les pêcheurs de Mbour.

Des pêcheurs de Saint-Louis (nord) et de Cayar (ouest) ont déjà bénéficié de cette mesure.

‘’Nous remercions le président de la République, Macky Sall, qui, malgré la situation du pays dans ce contexte de pandémie de Covid-19, place toujours la pêche au cœur de sa politique’’, s’est réjoui Ndiaga Cissé, le secrétaire général du Réseau national des conseils locaux de pêche artisanale.

Les balises de géolocalisation, dont sont munies les pirogues, permettent de sauver une embarcation en détresse, quel que soit l’endroit où elle puisse être en mer, selon M. Cissé.

Accidents maritimes

‘’Cette mesure va considérablement réduire les disparitions en mer et les pertes en vies humaines’’, a-t-il assuré.

Accidents maritimes : 61 pêcheurs portés disparus depuis janvier
Accidents maritimes : 61 pêcheurs portés disparus depuis janvier

Selon M. Cissé, 140 balises de géolocalisation ont été distribuées à des pêcheurs lors d’une phase-test du programme, et les autorités chargées de la pêche ont décidé d’en doter toutes les pirogues de pêche.

A lire aussi  Accidents maritimes : 61 pêcheurs portés disparus depuis janvier

Trois mille balises seront distribuées chaque année, afin que les quelque 20.000 pirogues de pêche du pays puissent à terme en avoir, a indiqué Ndiaga Cissé.

Les prix des balises, comme ceux d’autres équipements de pêche, seront subventionnés par l’Etat, a-t-il indiqué.

Selon M. Cissé, les balises sont équipées d’un système de ‘’communication imagée’’, qui permet aux pêcheurs de l’utiliser facilement, qu’ils puissent lire ou pas.

Laisser un commentaire