Cabo Verde doit créer un cadre réglementaire plus fort, avec des idées claires sur la manière dont les activités touristiques devraient intégrer la conservation de la biodiversité afin de réduire la pression exercée sur les zones plus proches de la côte.

L’idée a été défendue par le directeur national de l’environnement, Alexandre Nevsky, qui s’est entretenu avec Inforpress lors de la Journée internationale de la biodiversité, célébrée aujourd’hui à 22 mai sous le slogan “Notre biodiversité, notre nourriture, notre santé”.

Selon ce responsable, il est très clair que le secteur du tourisme, en particulier celui de l’immobilier, exerce une pression énorme sur la biodiversité, mais aussi sur l’habitat lui-même, la majeure partie des infrastructures touristiques de Cabo Verde se trouvant sur la côte, qui, par nature est une zone fragile.

D’autre part, il a reconnu que le pays étant constitué d’îles, la biodiversité est également menacée, en particulier les espèces endémiques de cette région.

Publicités

Laisser un commentaire